Liège refuse de se battre pour ses millions perdus lors du renflouement du Holding communal Dexia

Nous sommes en septembre 2009. Le conseil communal est appelé à voter la recapitalisation du Holding communal Dexia. Ensemble, les communes belges ont versé un demi-milliard d’euros pour stabiliser ce Holding, qui fédérait les participations des communes dans Dexia.

Sollicitée, la Cité ardente avait délié les cordons de la bourse. Résultat, 8.003.133 euros sont débloqués, sur fonds propres, pour acheter des parts de type « A ». En échange, la Ville recevrait des dividendes durant dix ans avec un intérêt de 13 %. Seul le MR, à l’époque, s’était abstenu.

Quatre années plus tard, le dossier est loin d’être refermé. Car in fine, les dividendes n’ont été touchés qu’une seule fois, en 2010, avant la mise en liquidation du Holding. Le constat est là : non seulement la Ville ne touchera plus de dividendes, mais elle a également perdu l’argent déboursé lors de la recapitalisation, soit 6,8 millions d’euros de pertes réelles (les 8 millions moins les dividendes de 1,2 million, touchés une seule fois).

Du coup, Vega et Écolo ont déposé un point mardi soir au conseil. Ces derniers ont reçu, pour le coup, le soutien du PTB. Les différentes formations de gauche posent les questions qui fâchent : la Ville a-t-elle été abusée ? Ne lui a-t-on pas caché certaines informations lors du vote de la recapitalisation du Holding ? Et de demander carrément que Liège puisse solliciter les conseils d’un représentant juridique afin de savoir s’il est envisageable d’entamer une action en justice afin de récupérer la totalité ou une partie de la somme.

Découvrez le dossier complet avec les réactions de François Schreuer, Bénédicte Heindrichs, Raoul Hedebouw et la majorité PS-cdH dans LaMeuse de ce jeudi