Un trio de Montois invente le photomaton 3D

En partenariat avec Mons 2015, le KIKK Kontest est un concours de 24h non-stop, ouvert à tous, qui a eu lieu les 7 et 8 novembre au Palais des Congrès à Namur. Objectif des 14 équipes et des 54 participants engagés dans ce marathon : créer une œuvre, une installation ou une expérience multidisciplinaire portée par le potentiel infini des nouvelles technologies. « Chercheurs pour NumédiArt, l’un des instituts de l’UMons, nous avons décidé de baser nos recherches sur l’une des nouvelles technologies que nous maîtrisons plutôt bien : la 3D, très à la mode ces derniers temps », explique François Rocca, l’un des deux ingénieurs civils montois engagés dans la compétition.

« Nous avons présenté un photomaton 3D. Cette installation est basée sur les récentes recherches liées aux technologies de la troisième dimension. Avec un capteur 3D, comme la Kinect de Microsoft, nous effectuons un scanner de la figure d’une personne. Cette numérisation du visage est traitée avec un logiciel spécifique. Sur l’ordinateur, nous corrigeons et simplifions la géométrie 3D capturée. Après cette étape, nous obtenons le visage en couleurs. Une fois imprimé sur papier, il est découpé, plié et collé pour fabriquer le masque proprement dit. »

Ccette innovation a permis à l’équipe montoise de décrocher la première place, loin devant les 13 autres équipes. Les trois Montois ont remporté un prix de 5.000 euros. L’équipe a maintenant six mois pour améliorer son prototype