Colombie : un parti écologiste proposera la candidature de Betancourt à la présidentielle

«La direction d’Alianza Verde promeut l’inscription de six pré-candidats à la présidence de la République, dont Mme Ingrid Betancourt», a indiqué à l’AFP Antonio Sanguino, le directeur de cette formation politique.

Ex-candidate écologiste à la présidentielle, Mme Betancourt, qui possède également la nationalité française, a été séquestrée en 2002 par les Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc), qui l’ont maintenue en détention pendant six ans et demi avant sa libération par l’armée.

L’ex-otage, qui vit actuellement à Londres où elle étudie la théologie dans la prestigieuse université d’Oxford, n’a pas encore pris sa décision, a précisé M. Sanguino.

Toutefois, elle aurait, selon lui, autorisé l’inclusion de son nom dans la liste des candidats potentiels du parti écologiste, qui investira son champion par un vote en mars, un mois avant le premier tour de la présidentielle.

«La décision d’être pré-candidate ou non, elle la prendra sans doute ultérieurement», a souligné le responsable d’Alianza Verde.

Contacté par email par l’AFP, Ingrid Betancourt n’a pas fait de commentaire dans l’immédiat.

En octobre dernier, elle avait seulement indiqué être en «réflexion» sur un éventuel retour en politique, précisant que l’idée lui avait été soufflée par un «groupe d’amis» et «plusieurs secteurs» de la société.

Mme Betancourt n’évoquait alors pas la présidentielle mais les élections législatives, qui sont prévues en mars. Elle avait même apporté son soutien au chef de l’Etat Juan Manuel Santos, qui n’avait pas encore officialisé à cette époque sa volonté de se représenter, pour avoir ouvert des négociations de paix avec les Farc.

Ces pourparlers avec la plus ancienne guérilla d’Amérique latine, qui compte encore selon les autorités colombiennes quelque 8.000 combattants, se déroulent depuis un an à Cuba, pays garant du processus de paix.