L’IBSR critique la grâce royale des conducteurs en infraction de roulage: «Un mauvais signal»

Selon l’Institut, ce procédé « banalise » les infractions liées au code de la route et est à « contre-courant » des efforts entrepris tant par l’IBSR que par la police ou des associations comme Parents d’Enfants Victimes de la Route (PEVR).

Le roi Philippe a accordé 11 grâces individuelles depuis son accession au trône, relatives principalement à des infractions de roulage, indiquait dimanche l’émission Royalty, diffusée sur VTM. Concernant une éventuelle deuxième chance accordée aux auteurs d’importantes infractions routières, Benoit Godart tient à souligner que « 10.000 personnes sont tuées ou grièvement blessées » sur nos routes chaque année.

Se tourner vers les infractions de sécurité routière pour désengorger les prisons « est un mauvais signal envoyé à la population ». « On se tourne vers ce domaine en dernier recours pour éviter de s’attaquer à d’autres, alors qu’il s’agit de vies perdues », ajoute le porte-parole.

Au Palais, on rappelle que le roi garde de la sympathie pour les familles des victimes et qu’il a déjà par le passé rencontré différentes associations, notamment de parents d’enfants décédés sur la route.