La NSA suit des millions de personnes à la trace en localisant leur portable

Six mois après les premières révélations de l’ancien consultant Edward Snowden, aujourd’hui réfugié en Russie, l’étendue du pouvoir de l’agence américaine chargée des interceptions de communications s’apparente à un tonneau des Danaïdes: seul 1% des documents secrets fournis par Snowden à la presse ont été publiés, selon un rédacteur en chef du quotidien britannique Guardian.

Cette fois, c’est le Washington Post qui dévoile que l’agence intercepte les données de géolocalisation de centaines de millions de téléphones portables dans le monde. L’agence stocke des informations sur «au moins des centaines de millions d’appareils» et enregistre «près de 5 milliards» de données de localisation par jour, affirme le quotidien sur son site internet.

Sollicitée par l’AFP, la NSA n’a pas souhaité faire de commentaires.

Pister des portables

Jusque là, les révélations de Snowden ne mentionnaient, outre l’espionnage de nombreux responsables étrangers, que l’impressionnante collecte des métadonnées téléphoniques, comprenant notamment la durée des appels et les numéros appelés.

Mais le Post révèle mercredi que l’agence parvient aussi à pister les portables en se connectant aux câbles qui relient les différents réseaux mobiles dans le monde, y compris américains et, de ce fait, collecte «incidemment» des données de localisation de citoyens américains.

«Les chemins que nous empruntons chaque jour peuvent révéler beaucoup sur nos relations politiques, professionnelles et intimes. Cette surveillance à grande échelle de centaines de millions de portables bafoue nos obligations internationales de respect de la vie privée des étrangers comme des Américains», s’est insurgée dans un communiqué Catherine Crump, une avocate de l’ACLU, la puissante association des libertés civiles.

Seule solution : ne pas avoir de téléphone

Ces révélations sont «plus que troublantes», a de son côté estimé le Centre pour la démocratie et la technologie (CDT), selon qui «la géolocalisation des portables a de profondes implications pour la vie privée et fait froid dans le dos quant à la liberté de réunion».

«Les capacités de la NSA pour géolocaliser sont ahurissantes (...) et indiquent que l’agence est capable de rendre la plupart des efforts pour avoir des communications sécurisées futiles», croit encore savoir le Washington Post. Le seul moyen de s’en prémunir est de ne pas avoir de téléphone. Ou de l’éteindre.