Prothèses PIP: Jean-Claude Mas condamné à 4 ans de prison

Contre les quatre autres prévenus, d’anciens cadres ou dirigeants de l’entreprise, jugés au printemps comme M. Mas pour tromperie aggravée et escroquerie, des peines de prison de trois ans, dont deux avec sursis, à 18 mois avec sursis ont été prononcées.

M. Mas, 74 ans, baskets blanches et veste à carreaux, est resté imperturbable à l’énoncé du jugement. Il a également été condamné à 75.000 euros d’amende et à une interdiction définitive d’exercer dans le secteur médical ou de gérer une entreprise.

Contre «l’apprenti sorcier des prothèses», selon l’expression du procureur, avaient été requis en mai quatre ans de prison ferme et 100.000 euros d’amende.

Une cinquantaine de victimes étaient présentes dans la salle parmi les 7.113 parties civiles, un chiffre revu à la baisse par rapport aux 7.445 annoncées lors du procès en mai, certaines plaintes n’ayant pas été jugées recevables.

Les autres prévenus ont écopé de peines moins lourdes que les réquisitions: Claude Couty, directeur général puis président du directoire de PIP, a été condamné à trois ans de prison dont deux avec sursis; Hannelore Font, directrice de la qualité, et Loïc Gossart, en charge de la production, à deux ans dont un avec sursis, et enfin le responsable de la R&D Thierry Brinon à 18 mois avec sursis.

Mme Font, M. Brinon et M. Gossart étaient poursuivis comme complices.