Menu Le journal du 28 janvier 2023 Je lis le journal Je m'abonne Se connecter S'abonner

Un bélier et trois brebis maltraités saisis à Baudour: «Un environnement sordide»

Les associations Animaux en Péril et Le Rêve d’Aby ont été appelées ce mercredi à Baudour pour procéder, aux côtés de la police et des agents de l’unité du bien-être animal de la Région wallonne, à la saisie de quatre moutons en détresse.

C’est à Baudour que se trouvaient ces ovins, sur un terrain laissé à l’abandon et ravagé par les conditions météorologiques. Les animaux étaient dissimulés entre une voie rapide et des prairies inoccupées. « Une fois sur place, les membres des associations ont été atterrés par l’environnement sordide qu’ils ont découvert. Le bélier et les trois jeunes brebis partageaient un terrain non entretenu et pataugeaient dans une fange constituée de boue et d’excréments dont ils sont recouverts », décrit Animaux en Péril.

Un abri bancal.

Il a fallu forcer l’abri.

Selon l’association, les animaux ne pouvaient compter que sur eux-mêmes pour se nourrir et s’abreuver. Ils sont également en défaut d’identification, ce qui constitue une infraction à la législation sanitaire. Un premier rapport vétérinaire a été dressé.

Les autorités locales étaient sur place pour aider les associations.

« Les victimes souffrent d’une importante verminose qui engendre de violentes diarrhées. La toison des animaux est également infestée de parasites et se trouve dans un état abominable. Le bélier ne porte plus qu’une demi-toison et la queue des agneaux est transformée en un amas de déjections », détaille l’association.

En sécurité dans les refuges

En collaboration avec les autorités locales ainsi que l’unité de bien-être animal de la Région wallonne (UBEA), les animaux ont été saisis. Désormais à l’abri, les moutons vont bénéficier de soins et de visites vétérinaires individuelles. La remise sur pied va commencer par le traitement antiparasitaire, l’entretien des pieds et l’alimentation avec des aliments adéquats.

L’association Le Rêve d’Aby a été appelée.

« En ce qui concerne la destination finale des animaux, la décision revient à la ministre Céline Tellier. Elle a deux mois pour confirmer que les animaux seront confiés aux associations qui les ont pris en charge. ».

Devant le tribunal ?

L’UBEA a dressé un procès-verbal pour infraction au code wallon du bien-être animal. Le propriétaire pourra être poursuivi au pénal ou administrativement. Si le parquet décide de prendre la main dans cette affaire, il pourra renvoyer le propriétaire devant le tribunal correctionnel.

Malgré leur mauvais état, les animaux devraient s’en sortir.

Celui-ci risque de 8 jours à 3 ans de prison et/ou une amende pouvant s’élever à un million d’euros. Si le parquet ne poursuit pas, c’est le fonctionnaire sanctionnateur qui pourra infliger une amende pouvant aller jusqu’à 100.000 euros, mais également un retrait de permis de détention d’animaux.

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo
Retour en haut Actualités Régions Sport Vidéos Max Ciné-Télé-Revue Codes promos Podcasts Mobilité Consomalin Services Club des abonnés Concours 7Dimanche Liège Charleroi Mons Bruxelles Basse Meuse Brabant wallon Centre Huy Waremme Luxembourg Mouscron Namur Sambre Meuse Tournai Verviers Alertez-nous Nos archives Horoscope Météo Jeux info Trafic Nécrologie Annonces emploi Annonces auto Annonces immo Locations de vacances Shopping Bons plans Guide d'achat Codes promos Comparateur La boutique Gérer les cookies Gérer les notifications Inscription newsletter Concours Journée Découverte Entreprises Sudinfo sur Facebook Applications Sudinfo iPhone-iPad Application Sudinfo Android Nous contacter La société Sudinfo Créer un compte Sudinfo Les offres d'abonnement Sudinfo Le Groupe Rossel Rossel Advertising