En ce momentNouveau SudinfoCharleroi - StandardCrise énergétique Accueil

Dans les rues de Tihange, les affiches jaunes « Non au projet du parc Springuel » ornent les fenêtres de la plupart des maisons.

Discrètement, mais de façon très volontaire, les riverains du collectif « Mon présent mon futur », continuent de se mobiliser contre le projet de 150 logements sur le site du parc Springuel à Tihange. « Nous approfondissons nos arguments et nous allons tout faire pour maintenir la pression », confie un riverain.

« Remettre tout à plat »

De son côté promoteur, la société Houyoux Constructions qui a racheté le site Springuel en 2019, est occupée à revoir sa copie. « Avec toutes les remarques que les riverains ont déposées, nous nous reposons pas mal de questions. Nous avons repris notre crayon pour remettre à plat tout le projet et déterminer quelles variantes sont possibles », annonce Olivier Spronck, directeur développement chez Houyoux Constructions.

La réunion d’information de septembre était préalable au dépôt officiel du permis d’urbanisation. Permis qui, selon le directeur, ne devrait pas être déposé avant plusieurs mois.

« Au départ, nous envisagions de déposer la demande début 2022, mais là, nous allons tout reprendre et ne pas nous précipiter. Le permis ne devrait pas être déposé avant six mois, voire davantage », détaille Olivier Spronck.

Le directeur ajoute que la société a même renforcé son équipe pour effectuer de nouveaux relevés, en matière d’écoulement des eaux notamment. « Nous nous rendons régulièrement sur le site. Nous vérifions une série de données techniques. Nous avons aussi encore des contacts avec des riverains ainsi qu’avec la commune. »

Pas moins de logements

Le nombre de logement pourrait-il être réduit ? À l’issue de la réunion d’information, certains riverains préconisaient de diviser leur nombre par deux… Sur ce point, le directeur est clair : c’est non. « Nous resterons sur la même densité. 150 logements sur l’ensemble de la surface, c’est une densité assez faible. Pour nous le nombre de logements n’est pas le problème principal, mais nous réfléchissons à les répartir différemment. Des petits immeubles qui étaient prévus à un endroit pourraient être remplacement par des maisons ou vice-versa notamment. »

Le promoteur a pris en compte l’ampleur de la contestation et entend répondre de manière argumentée aux différents problèmes techniques. Il n’envisage cependant pas d’abandonner son projet. « Non, on ne laisse pas tomber le projet », nous confirme Olivier Spronck. « On travaille dessus… »

Cet article est réservé à nos abonnés. L’information de qualité et de proximité a un prix. En vous abonnant, vous défendez l’indépendance et le rôle indispensable de la presse. S’abonner, c’est nous soutenir.

Je m'abonne pour 3,30€/mois

Je suis déjà abonné, je m'identifie

**** *** **** ** ******** *** ******** ****** ******************* ****** ** **** ***************** ****** *** ********* ** ** ******* *** ********

************** **** ** ****** ***** *********** *** ********* ** ********* *********** ******** *** ************** ********** ** ** ********* ****** ** ****** ** *** ********* *** ** **** ** **** ********* ** ******** ************ *************** *** ********* ** **** ****** **** ***** **** ********* ** ***************** ****** ** *********

**************** **** ** ************

** *** ****** ********** ** ********* ******* ************* *** * ******** ** **** ********* ** ***** *** ******** ** ****** ** ****** ************ ****** *** ********* *** *** ********* *** *********** **** **** ******** *** *** ** ********** **** ***** ****** ***** ****** **** ******** ** **** **** ** ****** ** *********** ******* ********* **** ****************** ******* ******* ******** ********* ************** **** ******* **************

** ******** *************** ** ********* ****** ********** ** ******* ******** ** ****** ***************** ****** **** ***** ** ********** ** ******* *** ***** ******** ***** ********* *****

********** ******** **** *********** ** ******** ** ******* ****** ***** **** **** **** ****** **** ********* ** ** *** **** ************ ** ****** ** ******* *** ***** ******** ***** *** ***** ***** ****************** ********* ******* ********

** ********* ****** *** ** ********* * ***** ********* *** ******* **** ********* ** ******** ********* ** ******** *************** *** **** ********** ************ **** ******* *************** *** ** ***** **** ********** *** ****** ** ******** *********** **** ***** ***** ****** *** ******** **** *** ********* ***** ********* ** ****************

*** ***** ** *********

** ****** ** ******** *********** ***** ************** ** ********* ** ** ******** **************** ******** ********* ************** ** ******* **** ****** *** ******* *** ** ****** ** ********* *** ************ ******* **** ************ ********* *** ** ***** ********* *** ********* *** ************ ** ** ******** ******* *** ******** ***** ******* **** **** ** ****** ** ********* ******* *** ** ********* ********** **** **** *************** ** *** ********* ************** *** ****** ********* *** ******** ******* ** ** ******* ********** ***** ************ *** *** ******* ** ********** ******************

** ********* * **** ** ****** *********** ** ** ************ ** ****** ********* ** ******** *********** *** *********** ********** *********** ** ************ ********* *** ************** *** ******* ************ ** ** ****** *** ****** ** *************** **** ******** ******* ******** ********** ********* *****************

Offre exclusive ! Accès illimité à partir de 3,30€/mois

aux articles Sudinfo, LaMeuse, LaNouvelleGazette, LaProvince, NordEclair et LaCapitale

J'en profite Je suis déjà abonné, je m'identifie
Sudinfo

Aussi en

Voir plus d'articles