En ce momentDiables RougesCoupe du monde 2022CTR AwardsPermis de conduire Accueil

La Force aérienne fait vendredi ses adieux au quasi-myhique C-130

Le 15e wing de transport aérien de Melsbroek retirera les quatre derniers exemplaires en service après quasiment un demi-siècle de bons et loyaux services.

L’armée belge fait cette semaine ses adieux à l’un de ses plus fidèles serviteurs, l’avion de transport C-130H Hercules : le 15e wing de transport aérien de Melsbroek retirera les quatre derniers exemplaires en service – sur les douze acquis au début des années 1970 – après quasiment un demi-siècle de bons et loyaux services, entachés toutefois par un grave accident (34 morts le 15 juillet 1996 aux Pays-Bas).

La composante Air de l’armée organise à cette occasion vendredi un « Farewell Flight » au cours duquel plusieurs – « au moins deux » – C-130 effectueront un survol de toute une série de lieux de Belgique liés à l’histoire de cet appareil quasi-mythique, a-t-elle annoncé lundi sur les réseaux sociaux.

« Cet adieu au +Mighty Herc+ (le puissant Herc) ne peut et ne doit pas passer inaperçu », a ajouté la Force aérienne, qui utilise désormais cinq des huit Airbus A400M commandés (dont un avion luxembourgeois) pour remplacer les C-130.

Les lieux survolés, après un décollage prévu de l’aérodrome militaire de Melsbroek vers 13h00, seront notamment l’Atomium, plusieurs localités de la Côte, dont Ostende et Coxyde, Courtrai, Chièvres, Waterloo, Charleroi, Florennes, Dinant, Saint-Hubert, Bastogne, Liège, Beauvechain, Gossoncourt, Diest, Kleine-Brogel, Oostmalle et Anvers, avant un atterrissage définitif à Melsbroek.

La Belgique avait acquis au début des années 1970 une flotte de douze C-130H, construits par l’avionneur américain Lockheed Martin. Ils ont été livrés entre juillet 1972 et avril 1973.

Un appareil, le CH-06, a été perdu dans un accident survenu le 15 juillet 1996 sur la base aérienne d’Eindhoven (sud des Pays-Bas), provoquant la mort de 34 personnes sur les 41 occupants, dont les quatre membres d’équipage et des membres d’une fanfare militaire néerlandaise, à la suite d’une collision en phase d’atterrissage avec un essaim d’oiseaux. Un autre, le CH-02, a été détruit le 4 mai 2006 dans l’incendie d’un hangar de la société Sabena Technics à Zaventem lors d’un grand entretien.

Il a été remplacé en mars 2009 par un avion d’occasion – un ex-C-130E « chasseur d’ouragans » au sein de l’US Air Force – plus ancien, car construit en 1965, mais porté au même standard que le reste de la flotte, le CH-13. Il est désormais préservé sur la base aérienne de Beauvechain, au sein du musée local, le 1st Wing Historical Centre (1 WHC), en dépit de protestations d’élus flamands qui préféraient le voir exposé à Melsbroek, sa base d’attache.

En près de 50 ans, ces appareils ont effectué quelque 285.000 heures de vol et 199.500 atterrissages, transportant 150.000 tonnes de fret en réalisant l’équivalent de 3.900 tours du monde, a précisé lundi l’officier de presse de la Force aérienne, le commandant Kurt Verwilligen, à l’agence Belga.

Pas plus tard que ce dimanche, l’un des quatre derniers appareils encore en service, le CH-01, porteur d’une décoration spéciale pour célébrer ces 50 ans sous les cocardes belges, a effectué les ultimes « drops » (largages) de parachutistes belges en Afrique, lors de l’exercice Tropical Storm qui se déroule au Gabon jusque mardi.

Abonnement La Meuse, La Nouvelle Gazette, La Province, Nord Eclair et La Capitale