En ce momentCrise énergétiqueCharleroi - Standard Accueil

Rares sont les recueils de légendes qui ne rapportent pas une histoire mettant en scène des chevaliers en armure, leurs oriflammes flottant fièrement au gré des vents, chevauchant vers quelque château aux tours crénelées. On ne peut pourtant pas affirmer que le pays de la forêt d’Anlier ait regorgé de ces castels moyenâgeux sinon, bien évidemment, dans l’esprit et l’imagination des habitants.

Il se fait que les habitants de Bodange s’enorgueillissent, aujourd’hui encore, d’avoir été jadis les détenteurs d’une forteresse située entre leur village et Strainchamps, au pied de laquelle, une dizaine de mètres en contrebas, les remous de la Sûre grondaient. Le château dont la défense était en partie assurée par deux douves profondes et larges, s’élevait fièrement sur les hauteurs de Bodange. Les habitants du hameau auraient vécu en pleine quiétude, protégés par la forteresse, si les occupants de celle-ci n’avaient été des êtres pervers, diaboliques, aux mœurs et us des plus barbares.

Ils passaient leur temps à guerroyer

De nos jours, plus d’un villageois est encore en mesure de nous conter les méfaits des chevaliers, qui se sont transmis depuis plusieurs générations. Ils passaient le plus clair de leur temps à guerroyer et à chercher noise aux seigneurs des alentours, incendiant leurs châteaux, pillant les hameaux de leurs fiefs, molestant les populations et abusant des femmes. La légende veut qu’ils aient chevauché sur des coursiers dont le diable aurait inverti les fers, de sorte qu’on ne sache point quelle direction précise ils avaient empruntée. Régulièrement, ils fondaient sur Bodange dans un assaut au terme duquel ils mettaient pied à terre dans les cours de leurs métayers, pénétraient dans leurs chaumières et exigeaient qu’on leur serve à boire et à manger ; après quoi, repus, la peau du ventre tendue, ils regagnaient leur repaire, sans éprouver ni honte ni remords.

Et on comprend que les Bodangeois, excédés par ces escapades chevaleresques, éprouvèrent l’envie d’y mettre fin. Aussi, ils se réunirent un dimanche en la chapelle du village pour prier le Ciel d’asséner une correction aux bandits. Sans aucun doute celui-ci les entendit-il car l’histoire nous apprend que, peu de temps après, au retour d’une bataille, les compagnons chevaliers, à l’entrée du château, furent écrasés par le pont-levis qui s’était affaissé sur eux d’une manière inexplicable, les réduisant à une taille de lutins.

Précipités dans la Sûre

En rage, ils se précipitèrent vers le village, désireux de massacrer la population. Mais celle-ci, armée de fourches et d’instruments de bois, monta dans une fougue révolutionnaire à l’assaut du château, arrêta les chevaliers, les précipita dans la Sûre et incendia le vieux nid de brigands avec tout ce qu’il contenait.

Et voilà donc la légende de ces chevaliers qui, après une longue période de grandeur, connurent une décadence bienvenue ainsi qu’une fin tragique. Et encore de nos jours, lorsque le vent se tait, on peut entendre les bois de Bodange résonner du cliquetis de leurs épées et des sabots de leurs montures.

D’après Franz Clément, Légendes de la Forêt d’Anlier, Editions memory, Tillet/Sainte-Ode, 2021.

Cet article est réservé à nos abonnés. L’information de qualité et de proximité a un prix. En vous abonnant, vous défendez l’indépendance et le rôle indispensable de la presse. S’abonner, c’est nous soutenir.

Je m'abonne pour 3,30€/mois

Je suis déjà abonné, je m'identifie

Rares sont les recueils de légendes qui ne rapportent pas une histoire mettant en scène des chevaliers en armure, leurs oriflammes flottant fièrement au gré des vents, chevauchant vers quelque château aux tours crénelées. On ne peut pourtant pas affirmer que le pays de la forêt d’Anlier ait regorgé de ces castels moyenâgeux sinon, bien évidemment, dans l’esprit et l’imagination des habitants.

** *** ****** **** ****** ********** *** ****** ** ****** ** **** ****** *** ******** *** *********** *** ** **** ******** ****** ********* ************** *** ********* ** **** ***** ** **** ***** ** ********* ** ** ******** ***** *** ********* *** ********** ********** ***** ********** ******* *** ******* ** ***** ****** ********* *** *********** ** ******* *** ******* ** ******** **** ******** ***** ********** *** *** ********* **** ** ****** ****** ******* *** ***** ** ***** ******* ** ***** ***** ****** ********* ******** *** ******* *********** **************** *** ********* *** ******* **** ** ****** ** ***** ****** *** ********* **** ** ***** **** *** ***** ** ***** ********** ************* **** ***** *********** ** ********** ******* **** ***** ** ***** ** ** ************* ****** ***** ****** ** **** ** ****** ******* *** *********** **** ******** **** ********* ** ***** ** ********

** ** ******** *** *** *********** ********* *** *** ********* *************** ************* ********* ***** ****** **** ****** *** ** ********** ** ******** ** ** ******** ** ******* **** ***** ** **** ************ *** ********** *** ******** **** ***** ***** ******** *** *********** *** ************ **** ******* **** *** ** ***** ******* ** ****** ******* ********* *** ********** *********** ** *********** ** ********* ****** ********* *** ** ********** *** ********** ********* *** *** ******* ******** ************* *** ********** ** *** ****** ** *******

************ **** ** *****

** ***** *** ** *************** **** ** ******** ********* ** ********* ** *********** **** ********* ****** ** ******** ** *************** ** ***** ***** **** *** ****** **************** ** ********** ** ********* ******* *** *********** *** ********** **** ** ***** ** ******** ** ***** *** ** ******** **** **** ** ******* **********

** ****** **** ** ******** ** *** ********** **** ****** *** ****** ******** ** ********* ********* *** ********** ********* ***** ******** *** ********* ** ****** ** *** ****** ******* ** **** ** ***** ** **** ******** *** **** ** ******* ********* ** ********* ** ***** ******* ** *** ****** ** ***** *********

********** ***** ********* ********* ** ** ****** *********** ******** ******* ****************** *****

Offre exclusive ! Accès illimité à partir de 3,30€/mois

aux articles Sudinfo, LaMeuse, LaNouvelleGazette, LaProvince, NordEclair et LaCapitale

J'en profite Je suis déjà abonné, je m'identifie
Sudinfo

Aussi en

Voir plus d'articles