Le cycliste mouscronnois Jonathan Breyne a tenté de se suicider après l’annonce de son contrôle positif

Le coup de massue est énorme pour le petit monde cycliste régional !

« Clenbutérol positif ». Tel est l'intitulé de l'email reçu par Jonathan Breyne mercredi après-midi en provenance de l'Union Cycliste Internationale (UCI). «  Je me suis dit, « Là, tu as un problème  », explique Jonathan Breyne entre deux coups de larmes. «  La nouvelle m'est tombée dessus comme si c'était le monde qui s'effondrait sur moi. Qu'ai-je fait pour mériter cela? Rien, absolument rien. je n'ai jamais rien pris. Mais comment prouver cela quand les faits se sont passés en Chine ?  »

Hier matin, au réveil, Jonathan Breyne a commencé à vraiment réaliser ce qui lui arrivait. «  Ca ne va pas du tout, je suis conscient de ce qui se passe mais je ne sais pas par quel bout le prendre. Je n'ai pas mangé depuis mercredi, je n'ai pas faim. Tout cela me dégoûte parce que je me demande pourquoi ça tombe sur moi.  »

Le contrôle positif réalisé en Chine concerne des traces assez importantes de clenbutérol dans les urines, un anabolisant souvent qualifié de ringard qui a également touché l'Australien de l'équipe Saxo-Bank, triple champion du monde de contre-la-montre, Michael Rogers, « capté » en fin octobre au Japon. Le produit, en doses infimes certes, avait été détecté chez Alberto Contador au Tour de France 2010... la fameuse histoire du « steak » qui avait valu une suspension de deux ans au pistolero. «  Les doses trouvées dans les urines de Contador, me dit l'UCI, étaient infimes par rapport aux miennes  », explique Jonathan Breyne.

Le trouble était complet, hier, dans la tête du coureur, écoeuré, perdu dans ses pensées. Son papa Philippe nous a appelé vers 13 heures, une heure après notre entretien téléphonique avec le coureur, pour nous annoncer sa tentative de suicide. «  Il a ingéré des médicaments et il a été transféré à l'hôpital de Gand pour un lavage d'estomac. Le vélo nous en a foutu une fameuse!  » nous a expliqué, très touché, Philippe Breyne. Hier soir, Jonathan était toujours aux urgences, conscient, c'est l'essentiel.