Ezekiel (Standard) veut marquer le Clasico de son empreinte: "Je dois écrire mon histoire contre Anderlecht"

Avec ses douze buts et le Taureau Doré dans le dos, Michy Batshuayi a monopolisé l’attention médiatique, ce qui n’empêche que son compère Imoh Ezekiel reste tout aussi vital pour le jeu offensif des Liégeois. Anderlecht est d’ailleurs prévenu : le petit Nigérian a bien l’intention de tromper Silvio Proto. « Par hasard, mon dernier but remonte au match aller », constate le souriant Nigérian. « Dans une interview précédente, j’ai dit que je sentais avant un match si j’allais marquer. Ce pressentiment, je l’avais en effet contre Genk… et je ne comprends pas comment je n’ai pas marqué face aux Limbourgeois. Les statistiques montrent pourtant que cette équipe me réussit souvent : mon premier but en D1 avec José Riga, le but en playoffs la saison passée avec Mircea Rednic, mon record du but le plus rapide cette saison avec Guy Luzon. Il s’en est fallu de peu dimanche. »

Imoh Ezekiel peut se consoler en se disant qu’il a retrouvé plus de succès dans ses entreprises, offrant tout de même deux assists à Geoffrey Mujangi-Bia. Voilà qui nous changeait du joueur échouant dans toutes ses tentatives (à commencer par des passes simples) à OHL, même s’il était loin d’être le seul Rouche à côté de ses pompes ce dimanche-là. « Notre prestation contre Genk a rendu confiance à toute l’équipe alors que nous restions sur une mauvaise série avec l’élimination en Coupe ou la défaite lors du dernier match d’Europa League. Nous voilà remis en selle pour le prochain gros match qui nous attend : Anderlecht. »

S’il réfléchit le plus souvent en termes collectifs, Imoh Ezekiel accepte de la jouer « perso » trente secondes quand nous le confrontons à ces statistiques lors des Clasico. « 6 buts et 5 assists, ce n’est pas mal mais je ne peux pas être content de ce bilan. J’ai inscrit mon dernier but en championnat à Anderlecht, c’est le moment de retrouver le chemin des filets. Et c’est vrai que je dois encore écrire ma petite histoire dans cette affiche à Sclessin. Lors des précédents matches à Sclessin, j’étais soit suspendu soit réserviste. Ma seule titularisation c’était en avril dernier (0-0) et je n’avais pas livré un grand match. »

Retrouvez la suite de l’interview dans nos éditions de ce samedi.