En ce momentCrise énergétiqueCharleroi - Standard Accueil

Vingt minutes pour rejoindre Bouillon, 35 pour Florenville, 45 pour Libramont… C’est le temps de trajet quotidien, à doubler si l’on considère l’aller-retour, des Sedanais qui travaillent en Belgique. Et si ces trajets disparaissaient du jour au lendemain?

« Depuis le Covid, mon entreprise m’incite très fortement à venir télétravailler côté français », Hervé, travailleur transfrontalier belge. C’est l’un des effets indéniables de la crise sanitaire qui s’éternise depuis des mois: certaines entreprises intègrent totalement le télétravail dans leur fonctionnement, et pour ceux qui étaient habitués à traverser la frontière tous les jours, cela peut changer la donne. Si, d’après l’association Frontaliers Grand Est ainsi que le Département des Ardennes, les télétravailleurs sont encore minoritaires dans l’ensemble des travailleurs transfrontaliers ardennais, ils existent tout de même.

« C’est plus agréable de travailler ici »

D’abord du côté des professions indépendantes. Serge Anton, photographe professionnel franco-belge, a deux résidences: une à Sedan, l’autre à Bruxelles. Son studio de travail se trouve en Belgique. «Il y a quelques années, il m’arrivait souvent de faire l’aller-retour à Bruxelles pour travailler mes photos, les télécharger, les envoyer. Je ne pouvais pas vraiment le faire à Sedan en télétravail car la fibre n’était pas encore installée ici, et j’utilise des fichiers bien trop lourds.»

Aujourd’hui, celui qui a récemment racheté l’ancienne maison de l’Aviron, n’hésite pas à travailler depuis sa résidence française. «C’est beaucoup plus agréable de travailler d’ici car j’ai la vue sur le Lac. Je m’installe dehors, j’ai la sensation de bosser dans la nature. Dans les grandes villes comme Bruxelles, le télétravail me semble bien moins avantageux.» Sedan, comme la plupart des villes moyennes, gagnerait-elle au change? Car la ville retrouve aussi des travailleurs français qui avaient pris l’habitude d’exercer sur le territoire belge. Émilie Michon, par exemple, est chargée de production au sein d’un studio d’animation du côté de Charleroi. Il y a quelques années, elle effectuait l’aller-retour, soit 220 kilomètres et 3heures de route par jour. «J’arrivais crevée chez moi tous les jours. Le pire était sans doute quand je rentrais en France, en hiver, en pleine nuit. Il n’y a pas de lumière et, au niveau de Rocroi ou de Rimogne, il y avait toujours un microclimat: c’était dangereux.» Aujourd’hui, elle fait l’aller-retour seulement une fois par semaine, le jeudi, «histoire de revoir de temps en temps les équipes».

Des espaces de coworking à la frontière?

Pourtant, comme tous les nouveaux convertis au télétravail, les transfrontaliers en constatent les limites: tendance à l’isolement social, et cohésion plus difficile avec les collègues. Hervé, un habitant de la commune de Florenville, s’est vu dans l’obligation matérielle de se mettre au télétravail par son employeur: « Mes employeurs misent clairement sur le télétravail car ils ont supprimé tous les bureaux physiques. Avant, j’allais régulièrement voir mes collègues à Paris ou en Belgique… Aujourd’hui, ce n’est plus possible. Je trouve qu’on en perd la culture d’entreprise et d’un point de vue personnel, c’est difficile psychologiquement de travailler seul tous les jours. »

Cela ne l’empêche pas de sillonner les villes du Sedanais depuis 2020. S’il a toujours été un travailleur-baroudeur, visitant ses clients jusqu’à Monaco, les Ardennes françaises sont devenues pour lui un passage obligé depuis le Covid-19. « Je n’ai pas le droit de télétravailler hors de France, alors depuis 2020 je viens tous les jours travailler dans le Sedanais. » Certains employeurs exigent en effet que le télétravail se fasse dans le pays où se trouve le siège de l’entreprise, souvent en raison des contraintes légales (voir par ailleurs). Sedan, Douzy, Carignan… Hervé a tout essayé. « L’avantage c’est que les espaces de coworking sont plus nombreux et moins chers de ce côté de la frontière, note-t-il. Après ils manquent parfois de moyens: dans l’un d’eux, j’ai dû mettre mon portable à la fenêtre pour capter de la 4G et m’y connecter…» À Sedan, il existe un espace de coworking sur le promenoir des Prêtres. Mais il est « très peu utilisé » selon Ardenne Métropole, en charge de l’espace. Investir dans l’accueil des télétravailleurs transfrontaliers – ou locaux – voilà peut-être une piste à explorer pour les collectivités.

Cet article est réservé à nos abonnés. L’information de qualité et de proximité a un prix. En vous abonnant, vous défendez l’indépendance et le rôle indispensable de la presse. S’abonner, c’est nous soutenir.

Je m'abonne pour 3,30€/mois

Je suis déjà abonné, je m'identifie

Vingt minutes pour rejoindre Bouillon, 35 pour Florenville, 45 pour Libramont… C’est le temps de trajet quotidien, à doubler si l’on considère l’aller-retour, des Sedanais qui travaillent en Belgique. Et si ces trajets disparaissaient du jour au lendemain?

********* ** ****** *** *********** *************** ***** ****** *********** ************* ************* * **** ************ *** ** ****** ********* ** ********** *** ****** ** ******* ** ****** ** ********* **** * * ******** ******** ** ************ ******* ** ***** **************** ** ********* **** ********** *** ******* *** ************** *** ******** ** ** ******* *** ******** ** ***** ** ***** ** ************* *** ** ***** ********** *** ****** ********** **** ** *********** *** ******** **** **** *********

************** ***** *** * ********** ******** ************ ****** ** *********** *********** *** ** ********** ****** ** ********** *********** ********* ******** **** ********* ** ********** ******* *** ****** ** *** *** ** **** ** ************ ******* ****** ** ********* ** ****** **** ** ******* **** *** ******* ****** ***** ********** ** ************* ** ****** **** ***** ************* ****** ***** ** ******* *** ****** ********* ************** ** ******* *** ** ***** ******** ***** *** ************ ********* *** ******* **** ************ *********** *** ** ********** ****** ******* ******* *** ******** *** ******** ** ********** ** **** ****** ****** ************* ** ****** ** ********** ** * * ******** ******** **** ********** ***************** **** *** *********** ** ******* ** ***** *** ***** ************** ******* **** *** **** *** ****** ** **** ****** **** ***** ***** ** ******** ** ******* ** ****** ** ****** ***** ** ***** * *** ** ******** *** ** ****** ** ****** ** ** ******** ** * ***** ******** ** ************ ********** ************ ************** **** **** **************** ********* *** **** *** ******** ** ****** ********** ** ****** ** ***** ** ***** *** ***********

*** ******* ** ********* ** ** ***********

********* ***** **** *** ******** ********* ** ************** *** **************** ** ********** *** ******** ******** ** ************* ******* ** ********* **** ********* **** *** *********** ******* ** ******** ** ** ******* ** ************ ******* ** **** ************** *********** ** ** ****** ** ************* *** *** ********** ** *** ********** ****** ********** *** ** ************* *** *** *** ********* **** *** ******* ********** ****** ********** *************** **** *** ********** ** ***** ** ** *********** ************** ** ******* **** ********* ** ****** ******* ** **** ** ******* ************** ** ****** ***** ** *** ********** ******* ********* ***************** ** ********** **** **** *** ****** **

**** ** ************ *** ** ********* *** ****** ** ******** ****** ***** ****** * ******** ***** ** ********************** ******** *** ******* ********** ******* *** ******** *********** **** ******** **** *** ** ******* ******* ****** ** ********* ** ** ****** *** ** ***** ** **************** **** ** ******* ***** ****** **** ** ***** **** *** ***** ********** **** ** ********* ** ******** ********** ******* ** ***** *** ** ************* ** ***** **** ** **** *** ** ****** ** ****** ** *************** ******* ** ****** *** *********** ******** ***** *** ********** ****** ****** *********** ****** * **** ******** ** ************ ******* *** *** ******* ** ********* **** **** ******** ** ***** ***** ** ** ****** ** ** *********** ********** ****** *** ******** ******* ** ******* **** ****** ******** ****** *** ****** *** ******** ** ** ******** **** ****** ** ** ** ** ***** ************** ** ****** ** ****** ** ****** ** ********* *** ** ********* *** ********* **** ** *** ** ***** *** ******** ** ***** ******* *********** ** ****** ** *********** ******** **** *********** *** ****************** **************** *** ** ****** *** ****** ********** *** ***** ** ******** **** *** ***************

Offre exclusive ! Accès illimité à partir de 3,30€/mois

aux articles Sudinfo, LaMeuse, LaNouvelleGazette, LaProvince, NordEclair et LaCapitale

J'en profite Je suis déjà abonné, je m'identifie
Sudinfo

Aussi en

Voir plus d'articles