Marc Delire à propos de l’éventuel passage d’Hazard à Anderlecht: «J’ai toujours dit que le mercato de janvier était un scandale»

1. Le bon choix pour Anderlecht et pour Thorgan lui-même ?

Marc Delire : « C’est évident, pour les deux ! Pour Anderlecht, il est LE chaînon manquant. Le Sporting confirme ainsi sa volonté de miser sur du jeune et sur du Belge. Et qui sait si Thorgan ne pourrait pas rester plus de six mois chez les Mauves ? Cela dit, avec ce transfert-là, Anderlecht ne pourra plus parler de saison de transition. Ça les oblige presque à être champions ! Pour Thorgan, c’est un choix intelligent, ce qui ne m’étonne pas de sa part. Il franchit un palier en rejoignant un club qui lui correspond car il a véritablement l’ADN d’Anderlecht. En revanche, je ne l’aurais pas vu, par exemple, à Bruges… »

2. À quelle place doit-il jouer à Anderlecht ?

Marc Delire : « Derrière Mitrovic, pour qui ce serait un excellent soutien. Moi, je rêve d’un triangle du milieu avec Tielemans, Hazard et Praet ; avec Bruno à droite, Acheampong à gauche et Mitrovic en pointe. Ils sont tous très jeunes, je sais, mais je les vois réaliser de grandes choses ensemble, même si ça doit pousser Kjestan et Gillet sur le banc. De toute manière, les Mauves auront besoin de tout le monde ! »

3. Thorgan Hazard sera-t-il Soulier d’Or, le 22 janvier prochain ?

Marc Delire : « Je ne vois pas qui d’autre… En plus, ce serait vraiment un très beau Soulier d’Or ! »

4. Thorgan sera-t-il, avec Eden, à la Coupe du Monde ?

Marc Delire : « S’ils ont le même sens du jeu, les deux frères sont différents. Thorgan est plus un distributeur et Eden plus un destructeur de défenses. Ils sont donc complémentaires et je les verrais bien jouer ensemble. Cela, dit, je crois qu’Eden est, et restera, plus fort. Et quand on voit qui il y a déjà dans l’entrejeu des Diables rouges, ça risque malgré tout d’être compliqué pour Thorgan. Ou, en tout cas, un peu tôt. Quoi qu’il en soit, c’est à Anderlecht qu’on verra ce qu’il a dans le ventre, pour supporter la pression. Car dans les pieds et dans la tête, on sait déjà qu’il est bon ! »

5. Où est la morale, quand un club pique la star d’un rival direct ?

Marc Delire : « J’ai toujours dit que le mercato de janvier est un scandale. Mais à partir du moment où il existe, si tout le monde s’y retrouve… »