Quaregnon: mutilée au pouce à l’école, elle doit être opérée une deuxième fois

«  Noélana ne sait plus utiliser son pouce comme avant. Pour écrire, elle doit se servir de deux autres doigts. Bientôt, elle devra retourner voir le médecin », explique Jean-Pierre Hantson, le grand-père d’une petite fille de six ans. Il y a quelques jours, celle-ci a subi une nouvelle opération pour son doigt. Il y a trois ans, l’écolière avait déjà dû être opérée pour la même chose.

Dans notre édition du 12 février 2011, nous vous relations cet accident survenu à l’école Louis De Brouckère à Quaregnon. Noélana, une petite fille âgée à l’époque de 3 ans, scolarisée en maternelle, avait eu une partie de son pouce sectionnée après s’être coincé le doigt dans une porte coupe-feu. À ce moment-là, cet accident avait mis en lumière le caractère paradoxalement dangereux de ces dispositifs chargés de sécuriser le bâtiment en cas d’incendie.

Dans nos pages, la directrice de l’école avait notamment pointé la faiblesse de l’aimant censé empêcher la porte de se rabattre et la lourdeur de celle-ci qui ne peut être retenue par un enfant en bas âge. Interpellé par ce fait divers, le député Richard Miller (MR) avait questionné le ministre en charge des bâtiments scolaires Jean-Marc Nollet.

«Tout le monde s’est affolé en 2011 suite à ce qu’a vécu ma fille mais depuis trois ans, rien n’a évolué», regrette la maman. Tout le monde avait été affolé par cette histoire mais nous constatons que la porte qui posait problème est toujours dans le même état. Le danger n’a pas été écarté. De plus, l’assurance ne fonctionne que durant trois ans après la blessure», ajoute-t-elle.

Du côté de la commune, on affirme que toutes les mesures de sécurité nécessaires ont été prises depuis l’incident. Plus d’infos dans l’édition de ce mercredi.