Muriel de l’Amour est dans le Pré: « Sébastien m’a dit d’aller chier et de vivre ma vie »

Si vous étiez bel et bien en couple à l’issue de l’Amour est dans le Pré, les disputes avaient pourtant déjà commencé lors du tournage de l’émission, notamment lors du voyage en Turquie ?

« Oui, j’ai dû subir une lourde opération avant le voyage. J’avais besoin de me reposer mais j’y ai quand même pris part pour que Sébastien puisse partir (ndlr : un agriculteur ne peut pas participer au voyage s’il n’a pas de prétendante). Un soir, nous étions en discothèque, j’ai posé un ultimatum à Sébastien : soit il montait dormir avec moi, soit il s’arrangeait avec la production pour dormir ailleurs que dans notre chambre d’hôtel. Il m’a suivie en traînant les pieds et en râlant et m’a dit : « Tu n’avais qu’à ouvrir ta grande gueule de merde et dire que tu ne venais pas plutôt que de râler. » A la télévision, personne n’a pu entendre ses propos. On n’a juste vue lui demander de dormir sur le balcon sans savoir vraiment pourquoi ».

Une première altercation parmi tant d’autres. Le soir de la finale, que s’est-il réellement passé ?

« Sébastien a expliqué à la production qu’il ne m’accompagnerait que pour me « tester ». Il voulait voir si j’allais encore l’agresser ou le rabaisser. A côté de ça, il ne m’accordait pas le moindre signe d’attention d’où la dispute qui a suivi. Je ne préfère pas vous raconter ce que je lui ai dit car j’ai touché une corde sensible, un point de sa vie très personnel. Il m’a dit qu’il ne me pardonnerait jamais ».

Malgré tout, vous avez cherché à vous excuser ?

« Oui, je me suis rendue à la ferme pour lui présenter mes excuses mais il n’en avait que faire ».

Depuis, vous avez eu des contacts ?

« Le jour de son anniversaire, je me suis rendue chez lui à l’improviste, chargée de cadeaux. Il n’a pas voulu les ouvrir. C’est son fils, Willy qui l’a poussé à le faire et à me remercier. Sébastien lui a ensuite demander de quitter la pièce. C’est à ce moment-là qu’il m’a dit : « Tu ne serais pas venue, cela aurait été pareil. Je n’en ai rien à foutre que tu sois là. » Son fils a dû entendre la dispute depuis sa cachette. Sébastien a été très dur dans ses mots. J’ai donc repris ma voiture et suis repartie. Je me suis arrêtée quelques mètres plus loin pour pleurer. Pour tout vous dire, j’avais même pris mes bottes avec moi. J’espérais qu’on irait traire ensemble ».

C’était votre dernier échange ?

« Non, je lui ai envoyé un SMS à Noël auquel il a répondu par un simple « Merci ». Puis, il y a deux jours, je l’ai contacté parce que je connais plusieurs joueurs du Standard, le club que ses deux fils supportent. Je voulais organiser une rencontre mais Sébastien m’a répondu : « Quoi, c’est même pas Anderlecht ? » A la télévision, il s’est fait passer pour un papa poule alors qu’il ne sait même pas que ses fils sont pour le Standard. Il m’a ensuite réécrit pour me dire : « Va chier, ferme la porte et vis ta vie ». Depuis, je n’ai plus aucune nouvelle. J’essayerai de ne plus aller vers lui. J’en ai la volonté mais il me faudra une force surhumaine pour y arriver car les sentiments sont toujours là ».