Un ado brésilien «vend des Noirs» sur internet, frustré d’avoir été refusé à un cours

«Il a été relâché car il n’a aucun historique d’agressivité, rien qui indique du racisme», a indiqué le commissaire Gilson Perdigao, cité jeudi par le quotidien O Dia. «Il regrette ce qu’il a fait. Mon fils n’est pas raciste et demande pardon aux personnes de couleur. Cela a été un acte non réfléchi», a assuré sa mère, un professeur de 43 ans.

L’annonce postée dimanche par le jeune homme indiquait «Ils serviront comme charpentiers, maçons, cuisiniers, agents de sécurité, vigiles de discothèques, balayeurs, éboueurs ou homme de ménage» et était accompagnée d’une photo de deux enfants noirs. En quelques heures, quelque 1.700 internautes brésiliens avaient envoyé des messages d’indignation, et le portail MercadoLivre avait retiré l’annonce.

Le Secrétariat brésilien pour l’égalité raciale avait exigé que le site d’achats lui fournisse des informations sur l’auteur du message afin de porter plainte contre lui. Dans un communiqué diffusé mercredi, il félicite la police civile d’avoir «identifié rapidement le responsable de l’annonce raciste».

Après treize années de débat, la présidente brésilienne Dilma Rousseff a promulgué en août 2012 une loi qui a fait polémique et qui réserve 50% des places des universités aux élèves issus des écoles publiques, avec une priorité donnée aux étudiants noirs, métis et indiens.