En ce momentCrise énergétiqueCharleroi - Standard Accueil

Les syndicats toujours inquiets de la pénurie de personnel dans les prisons

Si l’augmentation de 800 places au niveau carcéral, annoncée par le ministre de la Justice Vincent Van Quickenborne, est une avancée, les syndicats estiment toutefois qu’il ne s’agit que d’un petit pas dans la bonne direction.

« Sur le court terme, non, ce n’est pas suffisant ; on sera toujours en surpopulation jusqu’en 2025 », lance d’emblée Grégory Wallez, secrétaire fédéral CGSP Amio. « Il s’agit simplement d’un effet d’annonce. Je pense que le ministre ne sait pas calculer. Le bâtiment de Haren proposera le même nombre de places que les trois établissements bruxellois qui vont bientôt fermer », abonde Claudine Coupienne, secrétaire permanente Justice de la CSC Services publics.

Les 35 prisons du pays disposent en principe de 9.500 places, mais elles accueillent actuellement 10.700 détenus. Les établissements de Haren-Bruxelles et de Termonde fourniront bientôt respectivement 1.190 places et 444 places, en vue de remplacer les prisons existantes de Saint-Gilles, Forest, Berkendael et Termonde. Toutefois, un plan est en cours d’élaboration pour conserver provisoirement au moins 200 places à Saint-Gilles.

« Plusieurs agents de Saint-Gilles ne veulent pas intégrer la prison de Haren ; c’est donc une bonne solution », estime le secrétaire fédéral CGSP-Amio. Une vision que ne partage pas spécialement Mme Coupienne : « les bourgmestres bruxellois avec qui j’ai discuté n’avaient pas prévu que ça reste ouvert ».

Les deux formations syndicales pointent par ailleurs la nécessité de réformer la justice à la base, et de réfléchir à la désincarcération ou au recours à davantage de peines alternatives. « La Belgique a déjà été condamnée à plusieurs reprises sur sa politique de condamnation. De plus, à chaque fois que l’on construit une nouvelle prison, on remarque que dans cette zone, il y a plus de condamnation avec incarcération. On se mord la queue… », note la secrétaire permanente de la CSC Services publics.

Par ailleurs, si l’idée d’ouvrir davantage de maisons de détention est bien accueillie, la CSC et la CGSP se demandent également où le personnel sera trouvé. « Il faut de nouveaux candidats, ou alors on va aller chercher des agents d’expérience ailleurs. On va tourner en rond », souligne M. Wallez. « C’est pourtant la première fois que l’on voit autant de bonnes idées sur la table », admet-il, « mais il faut mettre les moyens ».

Actuellement, les prisons belges comptent au total 6.825 agents statutaires. « Il manque 400 agents tandis que 400 autres sont employés sous contrat Rosetta. Il manque donc 800 statutaires », compte Grégory Wallez.

Le SPF Justice reconnaît lui aussi le problème, affirmant déjà s’y attaquer par le biais de diverses actions. Une campagne de recrutement, qui met en avant l’emploi d’agent de sécurité dans les prisons, sera bientôt lancée. Elle a déjà été menée dans la province d’Anvers et a donné de bons résultats, selon le service public. Au mois de décembre, 188 personnes ont postulé pour un emploi dans l’un des établissements pénitentiaires d’Anvers. « Avec ces actions et des offres d’emploi plus intéressantes, nous sommes plutôt positifs et espérons attirer suffisamment de candidats avec cette stratégie de recrutement », a-t-il indiqué.

Sudinfo

Aussi en

Voir plus d'articles