Accord de 90 États pour faire progresser l’observation de la Terre

Au terme de cinq jours de travaux, 90 États, dont la Suisse, ainsi que la Commission européenne et 77 organisations ont adopté vendredi à Genève un plan pour améliorer l’observation de la Terre. Le Groupe des observations de la Terre (GEO) a été prolongé jusqu’en 2025. Les ministres réunis vendredi à l’occasion d’un sommet du GEO (Group on Earth Observations) ont appelé les États, les organisations scientifiques et le secteur privé à renforcer leurs efforts afin de mettre à disposition un maximum de données en libre accès. Lors de sa création en 2003, le GEO s’est donné pour but de mettre en place d’ici 2015 un «système de systèmes» qui permette l’accès aux différents systèmes d’observation de la Terre. Ce système des systèmes (Global Earth Observation System of Systems GEOSS) doit servir notamment à prévenir et à réduire les pertes dues aux catastrophes, améliorer la gestion de l’eau et de l’énergie ou perfectionner les prévisions météorologiques et les modèles climatologiques.