L’ex-ministre français Cahuzac interdit d’exercer la médecine pendant 3 mois

«Il a été sanctionné pour avoir menti devant l’Assemblée nationale. Nous estimons que c’est amoral et qu’il a déconsidéré la profession de chirurgien», a déclaré à l’AFP la présidente du CDOM, Irène Kahn-Bensaude, confirmant une information de l’Agence de presse médicale (APM). Cette sanction intervient plus d’un an après les révélations sur l’existence d’un compte bancaire en Suisse appartenant à M. Cahuzac, qui a pendant de longs mois nié cette information, y compris devant les députés.

L’Ordre des médecins s’est fondé sur deux articles du code de déontologie médicale: l’article 3, qui stipule que «le médecin doit, en toutes circonstances, respecter les principes de moralité, de probité et de dévouement indispensables à l’exercice de la médecine», et l’article 31 selon lequel «tout médecin doit s’abstenir même en dehors de l’exercice de sa profession, de tout acte de nature à déconsidérer celle-ci».

M. Cahuzac, 61 ans, avait été auditionné il y a plusieurs semaines par une chambre disciplinaire de première instance, composée d’un magistrat et de médecins élus, avant que celle-ci ne délibère. Avant de se lancer en politique, ce chirurgien avait fait fortune dans les implants capillaires.