Braine-l’Alleud: Ils étaient 160 à passer les tests pour devenir pompier (+vidéos)

Secourir les personnes en détresse et venir en aide aux autres, voilà en quelque sorte le programme qui attend les pompiers. Mais avant de s’engager, encore faut-il réussir les tests qui sont loin d’être évidents. Ce vendredi, la caserne de Braine-l’Alleud avait réquisitionné le stade Gaston Reiff en vue de faire passer les tests à quelque 160 personnes tentées par le métier, que ce soit en tant que volontaire ou professionnel. « À la base, ils étaient 230 inscrits : 20 pour devenir volontaire, 150 pour être professionnel et 60 pour les deux », explique le capitaine Filleul de la caserne de pompiers de Braine-l’Alleud. Au total, ils ne sont « que » 160 à s’être présentés. Au menu : une bonne dizaine d’épreuves parfois faciles, mais très souvent redoutées. « Les trois plus compliquées sont tout d’abord les tractions. Il faut en effectuer quatre. Ensuite, il y a le saut en longueur, pieds joints, où il faut au minimum atteindre deux mètres. Et la troisième épreuve où il y a le plus d’échecs, c’est celle de la corde où tout le corps doit dépasser les quatre mètres de hauteur en moins de 15 secondes. » À l’opposé, certains tests ne posent de problèmes aux candidats pompiers. « Le saut d’une hauteur de deux mètres sur un tapis ne se rate jamais. C’est juste pour vérifier s’ils ont le vertige. Les dix pompes ne posent pas de souci non plus tout comme la montée de l’échelle où les futurs pompiers doivent arriver en haut, à a peu près 20 mètres en moins de 40 secondes », continue le capitaine Filleul.

3 professionnels et 12 volontaires

Outre ces six épreuves, on note aussi l’équilibre sur une poutre large d’environ 7-8 cm « où le plus compliqué est bien souvent de monter dessus », le 600 mètres à réaliser sur la piste d’athlétisme en moins de 2 minutes 45 et enfin, le porté d’homme où les candidats doivent porter quelqu’un du même poids qu’eux sur leurs épaules sur une distance de 50 mètres en moins de 20 secondes. Cela, c’est tout ce qu’ont dû effectuer ce vendredi matin les 160 candidats qui se sont présentés pour devenir pompier, que ce soit volontaire ou professionnel. Si les épreuves sont réussies, leur parcours pour devenir un homme du feu ne s’arrête pas là. « Vendredi prochain, ils iront à la piscine pour y nager 50 mètres. Et enfin, si tous les tests sont positifs, il y a l’épreuve écrite où nous leur posons quelques petits problèmes mathématiques ainsi qu’une rédaction où un professeur de français vient vérifier leur orthographe », continue le capitaine Filleul. Pour enfin toucher au but. « L’entretien où nous discutons avec eux du métier et de leurs attentes. » Au final, parmi les 160 candidats, il n’y aura pas de la place pour tout le monde car les pompiers brainois ont prévu de recruter trois pompiers professionnels ainsi que 12 volontaires. Les places sont donc chères.