En ce momentNouveau SudinfoCrise énergétiqueCharleroi - Standard Accueil

La situation ne peut plus durer ainsi. Voilà plus d’un an que les deux boulangeries « Le Temps d’un Délice », situées à Huy et à Ben-Ahin, tournent à mi-régime. En mars 2020, lors du premier confinement, les gérants, Damien Delens et sa maman, Brigitte Dusart, avaient dû se séparer d’une partie de leur main-d’œuvre.

« Le gouvernement avait décidé que les stagiaires partaient en chômage covid, ce qui nous a déjà considérablement ralenti. Nous avons ensuite eu plusieurs concours de circonstance qui ne nous ont pas aidés, avec nos ouvriers qui sont partis les uns après les autres », explique Brigitte.

« Notre chef d’atelier a décidé de se mettre à son compte, notre pâtissière est tombée enceinte et n’a pas repris, tandis que notre stagiaire a souhaité changer d’orientation. »

Deux jours de fermeture

Depuis cette désertion du personnel, impossible pour les deux gérants de retrouver de nouveaux ouvriers. « Mon fils s’est alors retrouvé seul quelques semaines. Nous avons dès lors été forcés de fermer un jour supplémentaire sur la semaine pour qu’il puisse se reposer. Heureusement, nous avons retrouvé quelqu’un qui travaille avec dans l’atelier, mais il est clair qu’il faudrait deux personnes supplémentaires pour gérer les deux boulangeries. Pour l’instant, mon fils travaille 18 heures par jour, 6 jours par semaine. Il va finir en burn-out si ça continue. »

Un jour de fermeture supplémentaire et, malheureusement, plusieurs produits qui ne sont plus vendus. Finis par exemple les gâteaux glacés et gaufres aux fruits.

« Nous sommes une boulangerie artisanale et voulons le rester, hors de question pour nous de prendre des produits industriels pour combler l’étalage. Mais il est évident que, quand un client vient chercher une gaufre, et qu’on doit lui dire non à chaque fois, à un moment il ira chercher ses pâtisseries et son pain ailleurs. Nous devons également refuser des commandes car nous savons que nous aurons difficile à respecter nos engagements. »

Si Brigitte reconnaît volontiers qu’il y a une pénurie de main-d’œuvre dans de nombreux secteurs, elle admet que l’horaire des boulangers n’a pas bonne presse. Et pourtant, chez elle, les horaires « ne sont pas si difficiles que ça pour le métier, bien au contraire. » Ses ouvriers travaillent 38 heures et ne font qu’une seule nuit par semaine. Les autres jours, ils sont devant les fourneaux dès 4h.

Cet article est réservé à nos abonnés. L’information de qualité et de proximité a un prix. En vous abonnant, vous défendez l’indépendance et le rôle indispensable de la presse. S’abonner, c’est nous soutenir.

Je m'abonne pour 3,30€/mois

Je suis déjà abonné, je m'identifie

** ********* ** **** **** ***** ****** ****** **** ****** ** *** *** **** ************ ********** ***** ****** **************** ******** ** *** ** ** ********* ******** ** *********** ** **** ***** **** ** ******* ************ *** ********* ****** ****** ** ** ****** ******** ******* ******* *** ** ******** ******* ****** ** **** ****************

********** ************ ***** ******** *** *** ********** ********* ** ******** ****** ** *** **** * ****** ***************** ******** **** ***** ******* ** ********* ******** ** ************ *** ** **** *** *** ******* **** *** ******** *** **** ****** *** *** ****** *** *************** ******** *********

************* **** *********** * ******** ** ** ****** ** *** ******* ***** ************ *** ******* ******** ** ***** *** ******* ****** *** ***** ********* * ********* ******* ************************

**** ***** ** *********

****** ***** ********** ** ********** ********** **** *** **** ******** ** ********* ** ******** ********* *********** **** ******* ***** ********* **** ******** ********* **** ***** **** **** ***** ******* ** ****** ** **** *************** *** ** ******* **** ******* ****** ** ******** ************* **** ***** ********* *********** *** ********* **** **** ************ **** ** *** ***** ******* ******** **** ********* **************** **** ****** *** **** ************* **** ************ *** **** ********* ** ****** *** ***** * ***** *** ******** ** ** ***** ** ******** ** *** *****************

** **** ** ********* *************** *** **************** ********* ******** *** ** **** **** ******* ***** *** ******* *** ******** ******* ** ******* *** *******

************ ****** *** *********** ********** ** ******* ** ******* **** ** ******** **** **** ** ******* *** ******** *********** **** ******* ************* **** ** *** ******** **** ***** ** ****** ***** ******** *** ******* ** ******* **** *** **** *** ** ****** ***** ** ** ****** ** *** ******** *** ************ ** *** **** ********* **** ****** ********** ******* *** ********* *** **** ****** *** **** ****** ********* ** ********* *** ********************

** ******** ********** ********** ******* * * *** ******** ** *************** **** ** ******** ********* **** ***** *** *********** *** ********** ***** *** ***** ******* ** ********* **** ***** *** ******** ********** **** *** ** ********** *** *** **** ** ******** **** ** ****************** *** ******** *********** ** ****** ** ** **** ******** ***** **** *** ******** *** ****** ****** *** **** ****** *** ********* **** ***

Offre exclusive ! Accès illimité à partir de 3,30€/mois

aux articles Sudinfo, LaMeuse, LaNouvelleGazette, LaProvince, NordEclair et LaCapitale

J'en profite Je suis déjà abonné, je m'identifie
Sudinfo

Aussi en

Voir plus d'articles