Stéphane Guillon tackle François Hollande: «On aurait mieux fait de choisir DSK. Lui, au moins, me semblait compétent»

Donner des interviews pour parler d’un film, fait partie du jeu de la promotion. Mais, cette fois, on dépasse largement le cadre cinématographique…

« Là, de fait, je parle plus d’autre chose que du film. L’actualité nous a rattrapés. Que voulez-vous… »

Cela dit, vous n’avez rien fait pour réfréner les choses. Vous avez même plaisanté au sujet d’une liaison possible entre Julie Gayet et François Hollande…

« Recadrons un peu les choses… Mi-décembre, sur le plateau de Canal+, en présence des acteurs du film, dont Julie Gayet, j’ai juste confirmé que le président était venu sur le tournage. Et qu’il aimait bien le film. Contrairement à Valérie Trierweiler, qui l’aimait beaucoup moins. Toutefois, je ne voulais pas croire à une quelconque liaison. Si j’avais su que les choses se préciseraient vraiment, jamais je n’aurais osé plaisanter sur le sujet. J’ai mes limites, quand même. »

Et maintenant que, comme vous dites, « les choses se précisent », que vous inspire cette affaire ?

« À titre personnel, qu’il ne faut pas trop vite plaisanter au sujet de tout et n’importe quoi. Concernant Hollande, cela m’inspire de la pitié et même du dégoût. La France est quand même le seul pays dont un président peut se faire choper par un photographe alors qu’il ne prend aucune précaution quand il va rencontrer sa supposée maîtresse. En plus, vous l’avez vu, sur ces photos ? Sur son scooter, et avec son casque ridicule ? On est vraiment dirigés par des bras cassés, je vous le dis, moi ! Parfois, je me dis que, tant qu’à avoir un président qui a une liaison, on aurait mieux fait de choisir DSK. Car lui, au moins, me semblait compétent. »