Les femmes enceintes qui fument ou qui sont stressées auraient plus de chances d’avoir un enfant homosexuel

Un neurobiologiste à l’université d’Amsterdam, Dick Swaab, explique d’abord qu’être assidu aux drogues et/ou à l’alcool peut diminuer le QI de l’enfant.

Pas nouveau.

Par contre, lorsqu’il explique que prendre des hormones et fumer peut influencer l’orientation sexuelle de l’être à venir, c’est plus « novateur ». « Les femmes enceintes stressées sont plus susceptibles d'avoir des enfants homosexuels, car leur niveau supérieur de Cortisol, l'hormone du stress, affecte la production des hormones sexuelles du fœtus », déclare-t-il, nommé dans le Telegraph.