Charleroi: la baraki «pas belle» se trahit sur Internet après un avis de recherche de la police

« En 2013, nos services ont diffusé 433 avis de recherche, soit une bonne centaine de plus qu’auparavant », comptabilise Erik Van Poucke, le chef du service Avis de recherche à la police fédérale. La hausse s’explique par une recrudescence des disparitions ayant fait l’objet d’un signalement dans les médias (203) et un intérêt croissant des polices locales amenées à traiter de « petites » affaires criminelles, comme une attaque à main armée.

«  Grâce à nos crimeclips, nous avons enregistré de beaux succès, ce qui a amené d’autres polices locales à nous envoyer les images de faits », analyse le responsable. À leur tour, ces nouvelles affaires ont débouché sur des élucidations, renforçant l’effet boule de neige.

L’année dernière, les avis de recherche ont donné lieu à des résultats spectaculaires… parfois très vite. En avril 2013, la police diffuse la vidéo d’une agression non-élucidée à la gare de Charleroi en décembre 2012.

Moins d’une heure plus tard, une internaute réagit sur la page Facebook de la vidéo. Dans son commentaire, elle se plaint de ne pas être « belle sur les images ». «  Pas très intelligente, cette personne qui évolue dans un milieu « baraki » s’est trahie elle-même », indique Erik Van Poucke. Ses collègues n’ont pas tardé à la confondre.

Découvrez dans notre édition payante la suite de l’interview d’Erik Van Poucke.