La Maison Blanche réagit avec ironie à la demande d’interview d’Europe 1 via une publicité

Interrogé à la fin de son point de presse quotidien sur l’encart publié la veille dans le Washington Post par la radio, le porte-parole, Jay Carney, a refusé de s’engager sur une réponse positive.

«Je ne rejette pas a priori une telle façon de demander» un entretien au président, a indiqué M. Carney, un sourire aux lèvres. Mais «je pense que c’est un moyen coûteux de le faire».

«Vous pouvez toujours essayer», a-t-il encore dit d’un ton ironique, après avoir noté que d’autres médias avaient obtenu de tels entretiens «par des canaux plus traditionnels».

Dans sa publicité mardi, Europe 1 a tenté d’attirer l’attention de la Maison Blanche pour que M. Obama lui accorde un entretien. «Cher président, vous avez déjà essayé les ‘french fries’, pourquoi n’essayeriez-vous pas une interview avec une radio française? »demandait cette publicité, occupant un quart de page en hauteur.

La publicité n’a rien coûté à Europe 1 qui a procédé à un échange d’espace publicitaire avec le Washington Post, avait expliqué Thomas Pawlowski, le directeur de la communication de la station.