Les médecins s’obstinent à ne pas vouloir débrancher cette femme enceinte en état de mort cérébrale alors que le fœtus présente de graves déformations

Cette histoire a ébranlé la planète. Marlise Murnoz, 33 ans, a été retrouvé inconsciente sur le sol de la cuisine par son mari en novembre dernier. La jeune femme, originaire du Texas, est en arrêt respiratoire et cardiaque et rapidement transportée à l’hôpital de Fort Worth où elle est déclarée en état de mort cérébrale. Les médecins auraient donc pu la laisser partir tranquillement, comme le souhaite son mari, Erick… mais ce n’est pas le cas. La jeune femme est enceinte de son deuxième enfant et celui-ci est bien vivant. Une loi du Texas, datant de 1999, stipule que « Personne ne peut arrêter ni suspendre un traitement de maintien en vie si la patiente est enceinte. »

Erick, le mari, se bat depuis près d’un mois pour qu’on puisse débrancher sa femme et son enfant. L’affaire a été portée devant le tribunal et deux avocats se chargent de plaider la cause de cette famille. « D’après le dossier médical qu’on nous a remis, le fœtus a une malformation distincte. Même à ce stade précoce, on peut voir que les extrémités sont déformées et on ne peut pas déterminer le sexe », indiquent-ils, rapporté par le Daily Mail. Ils ajoutent que le bébé aurait du liquide dans le crâne et une probable malformation cardiaque. « C’est bien triste, mais cette information ne nous surprend pas vu que le fœtus, privé d’oxygène pendant un temps indéterminé, est en gestation dans un corps mort que la famille horrifiée regarde dans la plus grande angoisse, détresse et tristesse », affirment-ils. Ils demandent ainsi à l’hôpital de laisser partir la maman et l’enfant et de rendre les corps à la famille.

Du côté de la clinique, c’est « no comment ». Ils ne font que respecter une loi… En attendant la fin de cette histoire.