En ce momentNouveau SudinfoCrise énergétiqueCharleroi - Standard Accueil

Daniel Gilles est en aveux pour les faits qui se sont déroulés dans la nuit du 8 février, au domicile familial de la rue les Fonds à Gesves. Il a porté une cinquantaine de coups de couteau à sa compagne, Yohanne Giltay. Il ne revient pas sur ses déclarations initiales. Pourtant, ses avocates Me Sandrine Thirion et Me Aurélie Jamotton contestent l’ordonnance rendue mardi par la chambre du conseil de Namur, prolongeant sa détention d’un mois.

« Nous sommes allées voir à plusieurs reprises Monsieur Gilles à la prison de Marche-en-Famenne. Il ne voulait pas faire appel, il assume les faits. Il considère que sa place est en détention et surtout, il ne voulait pas ajouter une peine au deuil de sa belle-famille », révèle Me Thirion. « En tant que conseils, on estime qu’il y a une erreur dans le mandat, à peine de nullité. Nous lui avons donc fortement suggéré de faire appel. Il est encore dans le doute, mais a marqué son accord. Il pourrait révoquer l’appel en disant qu’il se désiste. »

Un vice de forme

La contestation se fait sur base d’un vice de forme. Blessé par les coups de couteau qu’il s’était infligé lui-même, Daniel Gilles a été entendu par le juge d’instruction à l’hôpital. Celui-ci avait décidé de le placer sous mandat d’arrêt pour meurtre, le 10 février. Sauf qu’un problème d’impression est survenu, empêchant le prévenu d’être notifié des raisons de son arrestation. « Le mandat a été donné sans prévention. Sur le papier, on l’arrêtait pour rien », simplifie son avocate. « Ils ont ensuite essayé de couvrir ça en délivrant un second mandat d’arrêt complet. »

Dans les cinq jours après qu’un mandat d’arrêt soit décerné, la loi prévoit que la chambre du conseil doit vérifier la régularité du mandat. Mardi, la chambre du conseil de Namur estimait que ce cafouillage ne devait pas entraîner la nullité du mandat d’arrêt. La défense ne partage pas cet avis. « Il y a des droits fondamentaux à faire respecter. Même et surtout dans des dossiers comme celui-ci », martèle Me Thirion.

La chambre des mises en accusation doit rendre sa décision dans les quinze jours. D’ici là, Daniel Gilles restera incarcéré à la prison de Marche-en-Famenne, où il se rétablit de ses blessures et où « il revient peu à peu à la réalité ». « Si la chambre des mises en accusation nous donne raison, il doit être remis en liberté immédiatement. Ce qui n’empêchera pas un procès en assise par la suite », conclut l’avocate de la défense.

COLLEEN TORDEUR

Cet article est réservé à nos abonnés. L’information de qualité et de proximité a un prix. En vous abonnant, vous défendez l’indépendance et le rôle indispensable de la presse. S’abonner, c’est nous soutenir.

Je m'abonne pour 3,30€/mois

Je suis déjà abonné, je m'identifie

Daniel Gilles est en aveux pour les faits qui se sont déroulés dans la nuit du 8 février, au domicile familial de la rue les Fonds à Gesves. Il a porté une cinquantaine de coups de couteau à sa compagne, Yohanne Giltay. Il ne revient pas sur ses déclarations initiales. Pourtant, ses avocates Me Sandrine Thirion et Me Aurélie Jamotton contestent l’ordonnance rendue mardi par la chambre du conseil de Namur, prolongeant sa détention d’un mois.

************ ****** ******* **** ** ********* ******** ******** ****** ** ** ****** ** ****************** ** ** ******* *** ***** ****** ** ****** *** ****** ** ********** *** ** ***** *** ** ********** ** ******** ** ** ******* *** ******* *** ***** ** ***** ** ** ********************** ******** ** ******** ********** **** *** ********* ** ****** ******* * * *** ****** **** ** ******* ** ***** ** ********* **** *** ***** **** ********* ********* ** ***** ****** ** *** ****** **** ** ****** **** * ******* *** ******* ** ******** ********* ********* ** ****** ******* ** *****************

** **** ** *****

** ************ ** **** *** **** ****** **** ** ****** ******* *** *** ***** ** ******* ******* ********** ******** ********** ****** ****** * ***** ******* *** ** **** *************** ** ************* ******** ***** ******** ** ** ****** **** ****** ********** **** ******** ** ** ********* **** ******* ********* ************** *** ******** ********** ** ******** ********* ******** *** ******* ** *** ************ ********** ****** * ***** ****** **** ************ *** ** ******* ** ************* **** ************* ********* *** ******** *********** *** ******* ******* ** ******* *** ** ********** ** ****** ****** ********** ****************

**** *** **** ***** ****** ******* ****** ********** **** ********** ** *** ******** *** ** ******* ** ******* **** ********* ** ************ ** ******* ****** ** ******* ** ******* ** ***** ******** *** ** *********** ** ****** *** ********** ** ******** ** ****** *********** ** ******** ** ******* *** *** ***** ********** * * *** ****** ************ ** ***** ********** ***** ** ******* **** *** ******** ***** ***************** ******** ** ********

** ******* *** ***** ** ********** **** ****** ** ********* **** *** ****** ****** ******* **** ****** ****** ******* *********** ** ** ****** ** ****************** *** ** ** ********* ** *** ********* ** *** ********** ******* *** ** *** ** ** ****************** ********** ** ******* *** ***** ** ********** **** ***** ******* ** **** ***** ***** ** ******** *************** ** *** ************** *** ** ******* ** ****** *** ** ************** ******* *********** ** ** *********

******* *******

Offre exclusive ! Accès illimité à partir de 3,30€/mois

aux articles Sudinfo, LaMeuse, LaNouvelleGazette, LaProvince, NordEclair et LaCapitale

J'en profite Je suis déjà abonné, je m'identifie
Sudinfo

Aussi en

Voir plus d'articles