Valérie Trierweiler raconte sa rupture avec François Hollande: "Nous ne sommes pas en guerre"

Toujours en Inde pour son premier déplacement sans le président François Hollande, Valérie Trierweiler a profité d’une entrevue avec quelques journalistes triés sur le volet pour expliquer un peu plus sa rupture avec l’homme fort de l’Hexagone. « Autour d’un café », comme le confie la radio française RTL, présente lors de cet entretien particulier.

L’ex-première dame de France explique ainsi qu’elle et François Hollande ne sont « pas en guerre ». « Nous continuons de nous appeler », affirme-t-elle.

Mais elle refuse de se considérer comme une arriviste. « Je ne l’ai pas poussé à devenir président, je n’ai jamais rêvé d’entrer à l’Elysée », clame-t-elle. « Cela ne me dérange pas que l’on m’appelle ex-première dame, je l’ai été. C’est important qu’il y en ait une à l’Elysée ».

Mais ne lui parlez pas de politique. « Je suis vaccinée. On ne mesure pas à quel point il y a de la trahison et de l’hypocrisie, on prend des coups sans l’avoir demandé, ce ne sont pas mes codes », explique Valérie Trierweiler, qui ne renonce pas à son avenir de journaliste. Avant d’évoquer son retour en France : « Forcément, je vais bien aujourd’hui mais dans un mois, qui sait ».