En ce momentNouveau SudinfoCrise énergétiqueCharleroi - Standard Accueil

Au sein d’une zone de police, le chef de corps donne toute l’impulsion. Garant de la politique criminelle, fin gestionnaire, il incarne l’uniforme aux yeux de la population. Un rôle important, pour ne pas dire primordial, qu’on ne peut truster à n’importe quel prix. Le chemin pour y parvenir est tout sauf un long fleuve tranquille. D’abord, il faut décrocher son brevet de direction (2 ans de formation), pass indispensable pour postuler, et ainsi devenir en cas de succès, commissaire-divisionnaire.

Si des emplois « classiques » sont ouverts 5 fois par an dans le cadre de la mobilité, les mandats de chef de corps sont plus rares. En région liégeoise, plusieurs postes sont ou seront prochainement vacants… À Liège, Christian Beaupère partira à la retraite au mois de mai, la candidature est lancée. Fin d’année, c’est Errol Ward qui laissera un siège vide à Flémalle. Il sera suivi par Alain Lambert, le patron bassi-mosan. Si le siège de Grâce-Hollogne/Awans est en passe d’être comblé (deux candidats devraient prochainement passer en commission), dans les prochaines années, le remplacement se poursuivra. Il faudra notamment trouver quelqu’un pour reprendre le flambeau d’Yves Hendrix à Seraing/Neupré une fois que ce dernier prendra, lui aussi, une retraite bien méritée.

Qui pour les remplacer ?

Qui pour remplacer tous ces hommes ? En septembre prochain, une nouvelle fournée de commissaires sortira avec leur brevet de direction en poche. Du côté de la CGSP, on souhaite que les responsables politiques locaux ne tardent pas une fois la place vacante… « Il faut ouvrir des places au bon moment, sans tarder », précise Eddy Quaino, permanent CGSP. « Ce serait intéressant, car plusieurs candidats de la région liégeoise sont actuellement au brevet de direction. Cela permettrait une meilleure diversité dans les candidatures. »

Les bons éléments liégeois resteraient ainsi sous nos latitudes et ne s’envoleraient pas vers la capitale, où des emplois de divisionnaire « classiques » sont disponibles plus régulièrement, et de manière moins contraignante. Car devenir chef de corps est une démarche énergivore et chronophage. Rencontres, rédaction d’un projet, préparation : on ne se présente pas devant une commission la fleur au fusil. Autant d’obstacles qui pourraient en décourager certains. Pour accueillir dans nos zones la substantifique moelle des jeunes brevetés, il faudra donc presser le pas.

« Chaque zone a sa propre identité et ses propres combats à mener », poursuit Eddy Quaino. « En Basse-Meuse, les infrastructures sont plus récentes, à Flémalle, un projet de nouveau commissariat est en cours. Et à GHAWA, idem. Pour les organisations syndicales, un chef de corps doit mettre l’accent sur le recrutement du personnel et le bien-être au travail. Ce sont les deux enjeux prioritaires. »

Cet article est réservé à nos abonnés. L’information de qualité et de proximité a un prix. En vous abonnant, vous défendez l’indépendance et le rôle indispensable de la presse. S’abonner, c’est nous soutenir.

Je m'abonne pour 3,30€/mois

Je suis déjà abonné, je m'identifie

Au sein d’une zone de police, le chef de corps donne toute l’impulsion. Garant de la politique criminelle, fin gestionnaire, il incarne l’uniforme aux yeux de la population. Un rôle important, pour ne pas dire primordial, qu’on ne peut truster à n’importe quel prix. Le chemin pour y parvenir est tout sauf un long fleuve tranquille. D’abord, il faut décrocher son brevet de direction (2 ans de formation), pass indispensable pour postuler, et ainsi devenir en cas de succès, commissaire-divisionnaire.

** *** ******* ************************** **** ******* * **** *** ** **** ** ***** ** ** ********** *** ******* ** **** ** ***** **** **** ****** ** ******* *********** ********* ****** **** ** ****** ************* ********** ** ******* ********* ********* ******* ** ** ******** ** **** ** **** ** *********** *** ******** *** *********** ******* ***** **** *** ******** ** ****** **** ** ********** ** **** ***** *** ***** ******** ** ****** ************ ** ** ****** ** ********************* *** ** ***** ********* ******* ***** ********* ********* ************* ****** ** ************ **** *** ********** ******** ** ************ ** *********** ** ****** ********* ******* *********** **** ********* ** ******** ******** ******* ** *************** *** **** *** ** ******* ******** *** ****** *** ******** **** **********

*** **** *** ****************

*** **** ********* **** *** ************* ** ********* ********* *** ******** ******** ** ************ ******* **** **** ****** ** ********* ** ****** ** ****** ** ** ***** ** ******** *** *** ************ ********** ****** ** ******* *** *** **** ** ***** ********** ********** **** ****** *** ****** ** *** ******* **** *************** ******** **** ******* ********* ***** ********** ****** ************* *** ********* ********* ** ** ******* ********** **** ************ ** ****** ** ********** **** *********** *** ********* ********** **** *** *********************

*** **** ********** ********* *********** ***** **** *** ********* ** ** **************** *** **** ** ********* *** *** ******* ** ************* ************************** **** *********** **** **************** ** ** ******** ***** ************** *** ******* **** ** ***** *** *** ********* *********** ** ************ *********** ********** ****** ******* ******************* ** ** ** ********* *** ****** *** ********** ** ***** ** ****** ****** ************* *** ********** ** *********** ********* **** ********** **** *** ***** ** ************** ****** *** ****** ********** ** ****** **** ******* ** ****

************** **** * ** ****** ********* ** *** ******* ******* ** ************** ******** **** ******* ********** ************ *** *************** **** **** ********** ** ********** ** ****** ** ******* ************ *** ** ****** ** ** ****** *************** *** ************* *********** ** **** ** ***** **** ****** ********** *** ** *********** ** ********* ** ** ********** ** ******** ** **** *** **** ****** *********************

Offre exclusive ! Accès illimité à partir de 3,30€/mois

aux articles Sudinfo, LaMeuse, LaNouvelleGazette, LaProvince, NordEclair et LaCapitale

J'en profite Je suis déjà abonné, je m'identifie
Sudinfo

Aussi en

Voir plus d'articles