Menu Le journal du 28 novembre 2022 Je lis le journal Je m'abonne Se connecter S'abonner

Passage du centre: la Ville de Mons active sa taxe sur les chancres

Le Passage du Centre a été fermé par la Ville de Mons le 3 novembre 2020, pour des raisons de sécurité publique. Les lieux se dégradaient. Depuis lors, rien ne bouge et donc la Ville a décidé de passer à l’action en activant sa taxe sur les chancres.

La Ville de Mons explique dans un communiqué : « Malgré un délai de plusieurs années donné aux propriétaires pour se mettre en conformité, le passage du centre présentait un état de délabrement avancé. Pire, les autorités communales avaient découvert qu’il n’était plus assuré, alors qu’il était accessible au public ! Face à l’inaction des co-propriétaires pour mettre en œuvre les travaux de mise en conformité, la fermeture du site était la seule solution envisageable ».

Les occupants relogés

Le passage du centre a toujours été un dossier compliqué car il s’agit d’un bien privé détenu par plus d’une vingtaine de propriétaires différents, regroupés au sein d’une copropriété.

« Les occupants restants (locataires) du passage du centre ont été accompagnés afin de retrouver un logement ou une cellule leur permettant de poursuivre leur activité. Au total, sur les 10 commerces établis dans le Passage du Centre, 8 ont pu retrouver un nouvel emplacement et 2 n’ont pas donné suite aux aides proposées par la Ville. Pour ce qui est des logements, sur les 8 locataires encore présents à l’époque, la moitié a été relogée via l’AIS, 3 ont trouvé des solutions de relogement par leurs propres moyens et 1 n’a pas donné suite aux aides proposées », précise encore la Ville de Mons.

Une nouvelle taxe

Aujourd’hui, une nouvelle étape est franchie par les autorités communales afin d’en finir avec ce chancre : le passage du centre est désormais soumis à une nouvelle taxe communale visant les immeubles inoccupés/chancres. La taxe est fixée selon la taille de chaque surface commerciale.

« Le nombre de mètres carrés est à multiplier par un montant évolutif sur trois ans en tranches de 25€ la première année, 50€ la deuxième, et 75€ la troisième et les suivantes. Cela représente, pour le passage du centre, un montant global de 70.000€ pour cette première année (2021), avec une perspective supérieure à 200.000€ à partir de la troisième année. Les propriétaires vont donc recevoir les premières demandes de paiement ».

« Ce chancre doit disparaître »

Le collège communal ajoute : « Ce chancre doit disparaître et les propriétaires doivent prendre leurs responsabilités, soit en rénovant eux-mêmes le site, soit en le vendant à d’autres qui pourront s’en charger ».

Et Nicolas Martin, le bourgmestre, de conclure : «  La taxe est un outil radical mais efficace, que nous n’hésitons pas à utiliser pour le bien de notre tissu commercial. Là encore, les chiffres nous donnent raison puisque selon une étude récente et indépendante de l’AMCV, le nombre de cellules vides à Mons est en en diminution, avec l’évolution la plus rapide de tous les centres-villes de Wallonie ».

Abonnement La Meuse, La Nouvelle Gazette, La Province, Nord Eclair et La Capitale
Retour en haut Actualités Régions Sport Vidéos Max Ciné-Télé-Revue Codes promos Podcasts Mobilité Consomalin Services Club des abonnés Concours 7Dimanche Liège Charleroi Mons Bruxelles Basse Meuse Brabant wallon Centre Huy Waremme Luxembourg Mouscron Namur Sambre Meuse Tournai Verviers Alertez-nous Nos archives Horoscope Météo Jeux info Trafic Nécrologie Annonces emploi Annonces auto Annonces immo Locations de vacances Shopping Bons plans Guide d'achat Codes promos Comparateur La boutique Gérer les cookies Gérer les notifications Inscription newsletter Concours Journée Découverte Entreprises Sudinfo sur Facebook Applications Sudinfo iPhone-iPad Application Sudinfo Android Nous contacter La société Sudinfo Créer un compte Sudinfo Les offres d'abonnement Sudinfo Le Groupe Rossel Rossel Advertising