En ce momentDiables RougesCoupe du monde 2022CTR AwardsPermis de conduire Accueil

Joe Biden à Bruxelles: le président est arrivé au Sommet de l’Otan

Le chaos semblait avoir été évité jeudi matin sur les routes menant à Bruxelles et dans la capitale.

Joe Biden est à Bruxelles ce jeudi afin de participer aux sommets de l’Otan et de l’UE sur la situation en Ukraine.

Le chancelier allemand arrive trop tard

Le chancelier allemand Olaf Scholz ne figure pas sur la photo de groupe avec les chefs d’État et de gouvernement qui participent au sommet de l’Otan jeudi. Il est arrivé à Bruxelles trop tard. Sur la photo, il a été remplacé par l’ambassadeur allemand auprès de l’Otan, Rüdiger König, qui se trouve au deuxième rang entre le président français Emmanuel Macron et le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis.

Le chancelier est arrivé au siège de l’Otan durant le discours d’ouverture du patron de l’Otan, Jens Stoltenberg. La raison de son retard n’est pas claire.

Le président arrivé au Sommet de l’Otan

Le président américain Joe Biden est arrivé jeudi peu avant 10h00 au siège de l’Otan, à Bruxelles, à l’occasion d’un sommet extraordinaire qui rassemble les 30 chefs d’Etat et de gouvernement de l’Alliance.

de videos

Accueilli par le secrétaire général de l’Otan, Jens Stoltenberg, M. Biden n’a pas souhaité faire de commentaire, malgré les appels des journalistes.

D’autres chefs d’Etat et de gouvernement se sont par contre exprimé lors de leur arrivée au sommet. Ils ont unanimement condamné la guerre menée par la Russie en Ukraine.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a condamné les agissements de la Russie et a une fois de plus insisté sur la nécessité de renforcer les sanctions contre la Russie.

«La ligne rouge de la barbarie a été franchie. Nous devons nous consulter afin de voir ce que l’on peut faire pour un soutien supplémentaire à l’Ukraine. Un renforcement des sanctions (envers le Kremlin) est nécessaire. Plus nous les renforcerons, plus nous pourrons venir en aide au régime ukrainien», a-t-il déclaré.

De son côté, la présidente slovaque Zuzana ?aputová a également rappelé le soutien de son pays à Kiev. «La Slovaquie accueille des centaines de milliers de réfugiés ukrainiens», a-t-elle dit.

Elle s’est dit «très heureuse que des nouveaux groupements tactiques de l’Otan soient déployés dans quatre pays membres, dont le mien.»

Le président lituanien, Gitanas Nauseda, a pour sa part affirmé que dans le contexte actuel, personne ne peut se sentir en sécurité. «Non seulement les pays limitrophes de la Russie, mais aussi ceux qui sont plus éloignés de cette frontière sont en danger.»

Le Premier ministre estonien Kaja Kallas a déclaré à son arrivée que l’Otan devait «redoubler» d’efforts pour mettre fin à la guerre en Ukraine. «(Le président russe Vladimir) Poutine ne doit pas gagner cette guerre. Il essaie de nous faire peur et de nous empêcher d’aider davantage l’Ukraine ou de prendre des mesures supplémentaires. Mais nous ne devons certainement pas tomber dans ce piège - nous devons arrêter ce criminel de guerre», a-t-il dit.

La réunion des dirigeants des trente pays alliés a débuté peu avant 10h30. Les Occidentaux discuteront de ce qu’ils peuvent faire pour renforcer leur soutien militaire, financier et humanitaire et de ce qu’ils refusent de faire.

«Nous soutenons l’Ukraine à l’unanimité et condamnons les agissements de la Russie», a affirmé M. Stoltenberg à l’ouverture de la session. «Nous allons également nous entretenir au sujet du renforcement de nos forces dans les prochaines années», a-t-il conclu.

Il tiendra une conférence de presse à l’issue de la rencontre à 13h00. Suivra, toujours dans les installations de l’Otan, un sommet du G7 (Etats-Unis, Canada, Allemagne, Italie, France, Royaume-Uni et Japon), lui aussi consacré à la guerre en Ukraine.

Pas de chaos sur les routes

Des files habituelles ont été observées sur le ring, notamment aux échangeurs de Woluwe-Saint-Etienne et de Grand-Bigard mais sans que les retards ne prennent de grosses proportions. De nombreux appels à éviter de circuler vers et dans Bruxelles ont été lancés ces derniers jours compte tenu de la présence jeudi et vendredi du président américain Joe Biden, qui participe aux sommets de l’Otan et de l’UE sur la situation en Ukraine.

Jeudi matin, le boulevard Léopold III a été fermé au trafic dans les deux sens. Un périmètre de sécurité a par ailleurs été dressé aux abords des bâtiments de l’Otan.

Au cours de la journée plusieurs autres axes seront temporairement fermés à la circulation, comme l’E40 entre Sterrebeek et le complexe Reyers, la rue de Loi, la rue Belliard, le boulevard de Waterloo, l’avenue de la Toison d’or, et la Petite ceinture, en surface. Les navetteurs ont été invités à se rendre ou à sortir de Bruxelles en transports publics. En ville, la Stib recommande de prendre le métro.

Des embarras sont encore attendus vendredi matin mais les axes concernés seront moins nombreux, le président Biden devant se rendre à l’aéroport de Melsbroek pour aller à Varsovie.

Abonnement La Meuse, La Nouvelle Gazette, La Province, Nord Eclair et La Capitale