Des Finlandais se jettent dans l’eau glacée pour vanter leurs projets d’entreprise

Ces 26 hommes et femmes juste vêtus d’un maillot et d’un bonnet de bain ont présenté leurs projets depuis les eaux du fleuve Oulu, qui traverse la ville du même nom (dans le nord-ouest). Face à eux, un groupe d’investisseurs chaudement habillés, debout au bord d’un trou dans la glace pour écouter qui mérite une part des près de 300 millions d’euros à répartir.

Après avoir souffert des suppressions d’emploi dans le secteur des technologies, notamment chez l’ancien numéro un mondial des téléphones portables Nokia, Oulu, ville de 190.000 habitants sur les bords de la Baltique, cherchait ainsi à montrer son dynamisme intact. Les organisateurs disaient aussi avoir voulu se démarquer dans un univers des campagnes de levées de fonds particulièrement foisonnant.

Plus les impétrants restaient dans l’eau, plus ils pouvaient détailler leurs atouts et leur stratégie. «Combien de brasses pour un million?», a plaisanté l’un des organisateurs, Jason Brower, devant un entrepreneur particulièrement tenace resté immergé plusieurs minutes.

Cinq semaines d’entraînement en eau glacée

Les Finlandais sont des adeptes de bains dans l’eau glacée, qui durent normalement quelques secondes.

Quatre représentants de Laturi (équipement de fitness) ont dit chercher à faire mieux en s’entraînant tous les jours ouvrables pendant cinq semaines. «La première trempette a été catastrophique. On criait, on grondait, on jurait, et on n’a tenu que quelques secondes», racontait une dirigeante de l’entreprise, Niina Palmu. Ils tiennent maintenant quatre minutes.

Elle a loué son collègue ingénieur informatique, qu’elle qualifie de «robot». «Quand il se concentre sur une tâche ou pour nager, il le fait sans montrer aucune émotion. Il va simplement dans l’eau, y reste aussi longtemps que ça lui chante, et sort comme si de rien n’était», selon elle.