Courcelles: la fin pour les Forges

L’homme d’affaires français ne s’est en tout cas plus manifesté auprès du curateur Me Bringard. Une porte s’est donc refermée, scellant sans doute définitivement le destin des 30 travailleurs de l’entreprise courcelloise.

Les Forges de Courcelles ont été happées par les difficultés rencontrées par la maison-mère, la société de droit français Industrial Forge Compagnies. En juillet dernier, les Forges de Courcelles avaient déposé une requête en réorganisation judiciaire, en espérant pouvoir corriger l’assiette. Hélas, elles ont continué à accumuler les pertes. Et, le 7 décembre dernier, l’entreprise a été contrainte de faire aveux de faillite.

Aujourd’hui, l’espoir d’une résurrection apparaît donc bien ténu…

Plus de détails dans la Nouvelle Gazette de Charleroi de ce jeudi.