En ce momentNouveau SudinfoCrise énergétiqueCharleroi - Standard Accueil

Julien de Sart, vous venez de vivre l’un des grands moments de votre carrière avec ce sacre en Coupe. Comment se sont déroulées les festivités avec l’équipe ? Un petit mal de tête ?

Très légèrement (il rigole). Je suis davantage fatigué physiquement et ai un peu mal partout. Ce sont plus les jambes qui doivent récupérer après un tel match. Mais, franchement, c’était une soirée géniale. Nous sommes revenus à la Ghelamco Arena pour présenter le trophée aux supporters, chanter avec eux, prendre des photos. Cela restera de magnifiques souvenirs pour les fans, mais aussi pour toute l’équipe. Nous sommes ensuite allés dans un café, près du stade. Étant donné que le match était programmé à 15h, les gens ont commencé à boire assez tôt… et, donc, sont arrivés ‘à bout’ assez tôt aussi. En ce qui me concerne, je dormais sur le coup de 2 heures du matin.

Qui a assuré l’ambiance ?

La communauté africaine du groupe s’est occupée de la musique et de l’ambiance. Au final, les joueurs belges, c’est plus les bières et le champagne… C’est souvent comme ça. Mais nous formons un groupe qui a connu beaucoup de choses ensemble, nous nous connaissons assez bien. Je ne vais pas dire que c’est l’apothéose de la saison, mais cette Coupe est clairement la cerise sur le gâteau. Et en ce qui me concerne, c’est assurément le plus grand moment de ma carrière.

Personnellement, c’est votre deuxième Coupe de Belgique sur votre CV. Mais le premier trophée auquel vous avez réellement pris une part importante.

Oui, je ne considère pas vraiment la première Coupe (NDLR : remportée en 2016) à mon palmarès. Je n’étais plus au club quand le Standard l’a gagnée, ça ne devrait même pas être dans mon CV. Donc, oui, c’est mon premier véritable trophée… avec la montée en Premier League quand j’étais à Middlesbrough. Ici, j’ai joué presque tous les matches, j’ai contribué à ce titre avec des buts, des assists. Clairement, cette Coupe de Belgique est très spéciale. Et puis, d’un point de vue familial, c’est une belle histoire. Mon père (NDLR : Jean-François) l’a soulevée, il y a 32 ans, avec le RFC Liège. Mon frère (NDLR : Alexis) l’a également fait, il y a deux ans, avec l’Antwerp. Et, ce lundi, c’était mon tour avec Gand. C’était donc un moment très spécial, très émouvant pour toute la famille.

En amont de la finale, c’était un sujet de discussion, de motivation avec vos proches ?

Devenir le troisième de Sart à soulever la Coupe, oui, on en a un peu parlé. Mais pas de manière exagérée non plus. Je ne ressentais pas une pression particulière par rapport à ça. C’était ma première finale, ma première victoire. Ce qui s’inscrit dans la continuité de ce qu’a réalisé la famille (il sourit).

Sur la pelouse, vous avez fait forte impression en tenant le coup physiquement et en étant le patron de l’entrejeu gantois.

C’était un match très particulier. Car il fallait aussi tenir en compte les nerfs, le stress, les premières chaleurs de la saison aussi. En fin de match, j’ai commencé à avoir des crampes mais, je ne l’ai pas caché, je voulais absolument tirer mon penalty. Le coach m’a demandé plusieurs fois si ça allait, je lui ai dit qu’il n’y avait pas de problème. J’avais l’intention de prendre le premier tir au but, j’étais déterminé. Dans ma tête, il était clair que je n’allais pas manquer ma tentative. En fait, je m’étais conditionné toute la semaine aux entraînements avec des séances de penalties. Je savais que je devais en tirer un, j’allais le mettre à l’endroit que je voulais. Comme on dit, les planètes se sont bien alignées pour moi… car le ballon passe quand même très près de la barre. Il y avait un peu de réussite dans ma frappe, mais c’est bien là que je voulais envoyer le cuir.

Avec ce sacre, Gand est assuré de disputer les barrages de l’Europa League la saison prochaine. Et n’a donc plus grand-chose à jouer en playoffs…

Il n’y a même plus rien à jouer (il rigole). Mais ces prochaines semaines seront surtout l’occasion de soigner les bobos de chacun, de donner du temps de jeu à tout le monde et déjà préparer la saison prochaine. Car, il ne faut pas l’oublier, ce fut une très longue saison. Chaque joueur est passé à un moment donné par une période où il fallait gérer des pépins physiques. Quoi qu’il advienne maintenant, on tentera encore de faire bonne figure en Europe la saison prochaine. Comme cette année, finalement.

Par la force des choses, les clubs disputant les Champions Playoffs espèrent que Gand jouera le jeu afin de ne pas devoir disputer le barrage européen fin mai.

Oui, mais ils n’ont pas à s’inquiéter par rapport au fait qu’on jouera le coup à fond. On fera le maximum pour prendre le plus de points possibles. Avec quatre unités d’avance et six matches à disputer, je ne dis pas que ça va être facile bien sûr. Mais si on joue avec nos qualités et notre système, on aura une chance de gagner chaque match.

L’avenir de Hein Vanhaezebrouck – dont vous êtes très proche et qui vous a amené à Gand l’été dernier – demeure incertain. On devine votre souhait qu’il reste au club, exact ?

Bien sûr, et je pense que 95 % des joueurs vous diront la même chose. Je lui dois beaucoup, c’est lui qui m’a fait venir à Gand, qui m’a fait confiance, qui m’a fait grandir pendant la saison. Je sens aussi que je peux encore progresser. C’est d’ailleurs un coach qui me pousse toujours à faire mieux. Va-t-il rester ou pas ? Je n’ai pas plus d’informations que vous. Mais, d’un point de vue purement personnel, j’espère qu’il restera naturellement. Je ne sais pas s’il s’agit du meilleur coach belge, mais il fait assurément partie du top. Avec Vincent Kompany à Anderlecht et Felice Mazzù à l’Union Saint-Gilloise, ce sont trois personnes qui font de l’excellent boulot dans plusieurs des meilleures écuries du championnat.

Cet article est réservé à nos abonnés. L’information de qualité et de proximité a un prix. En vous abonnant, vous défendez l’indépendance et le rôle indispensable de la presse. S’abonner, c’est nous soutenir.

Je m'abonne pour 3,30€/mois

Je suis déjà abonné, je m'identifie

Julien de Sart, vous venez de vivre l’un des grands moments de votre carrière avec ce sacre en Coupe. Comment se sont déroulées les festivités avec l’équipe ? Un petit mal de tête ?

** ***** ** ** ******* ********** ** ***** ** *********** ** ********** **** *** **************

******* ** ********** ** **** ** ******** ** ****** **** ** ** * ** *** ******* **** *** ** ******** ********** *** ***** ** ** ********** *** *** ******** ************* *** ******* ** **** ********** ** ********* ******* ** ********* ********* ** *** *********** **** ** *********** ** ** ****** ********* ** ******* *** ********

*** ** ******** **** **** **** ***** ********** ** ****** ** **** ************ ** ** ****** ** ****** ** ************ ********

********** ** ***** ***** ************ *** ** ******* ***** ***** ** ****** *** ****** ** ******* *** ********** ******** ** ** ****** ****** ** *** ** ****** ****** ********* ** ***** *** ******* ***** ** ** ****** *** ******* ** ******* ********** ***** *** ******** ** ***** ***** ******** ********* **** ** *** ******* ** *** ** *** ******* ***** ***** *** ** ********** ********* ************* ** ******* ** ******* *** ** **** ********** ************ **** ** ****** ** ****** ***** *** ** ********** *** ******* ** ********** ** ***** ** ********** ************ ***** ** ******* *** ************** **** *** ******** ** ********** ** ****** *** ** ****** ** ***** *** ********** ** ****** ** *********** *** ** ******** ***** ** **** *** ********* ** **** **** ********* **** ****** *** ** ****** ***** ***** ***** ***** ***** ** ** ****** ** * ***** ** *** ** ********* **** ** ******* **** ******* **** *** *** ** ******* ******* ** *****

**** ** ****** **** *** ******* ** ******** *** ******** ** ********** ****** ** ****** ********** ** ***** **** **** *********** ** ***** ** ***********

** ***** * ***** **** **** ** ***** *** ******** **** *** ********** ******** ****** ******* ************ ** ******* *** ***** ** ******* ** ****** ** ***** ** *** ** **** ** ***** ** ****** ********* ** ****** ********** **** ** ** **** *** ************ ** *** *** ***** ****** ******* ****** ****** *** ****** ** ** ****** ****** *** *** ******** *** ** ******* ****** *** ******* ********** **** ******* ******** *********** ** ******* ****** ** ***** ***** ****** ** ****** ** ****** ********** ***** ***** ******* ***********

*** ** ***** *** ******* *** ***** ********* *** ********* ******** ********* *** **** ****** ** *** **** ** ** *** ****** ******** ** ******* ********* *** ****

**** **** *** ******* *** ** ************** *** ******* ** **** ******* ****** ** **** ** ***** ** **** ** ******* **** ******* ** **** ** ****** ********** **** ****** ******* ********** ** *** ******* ** ********* ** ** *** *** *** *** ** ***** ****** **** ***** **** ** ** **** **** *** ********* ** ***** ********* ** **** *** ****** ** ****** ****** ******

********** ** **** ************** *** **** **** ***** ***** ****** ** *** **** * ****** ** **** ********* ******* *** ******* ********** ** ****** ***** ******* ******* ***** ** ***** ************

**** ***** ** ** ***** *** ********* *** ******* **** ****** ** ***** ****** ** *** **** ********* ******* *** *** ***** **** ***** ** ***** *** ***** **** ********** *** ***** **** ******* ******* ** ******* ** **** ***** *** ** **** ****** *********** ******* ************ ** ***** *** ** ****** ******** ** ***** ****** ******* ****** ** ********** ** ****** *** **** **************** *** ***** ***** ****** ***** ** *** ******** ********** *********** ******* ******* ************** ** ** **** *** ****** ******** ** ******** ***** ****** **** ** **** *********** ****** ** **** **** ******* ******* ** ********** ** ****** ****** ** ********* *************** ** **** ***** ********* *** **** ** ************* ****** **** ********* *** ********** ******** ** ************

Offre exclusive ! Accès illimité à partir de 3,30€/mois

aux articles Sudinfo, LaMeuse, LaNouvelleGazette, LaProvince, NordEclair et LaCapitale

J'en profite Je suis déjà abonné, je m'identifie
Sudinfo

Aussi en

Voir plus d'articles