Nucélaire: prolongation des réacteurs au-delà de 40 ans «pas acquise»

L’autorisation du fonctionnement des réacteurs nucléaires français au-delà de 40 ans, limite initialement fixée lors de leur conception, « n’est pas acquise », a réaffirmé jeudi le président de l’Autorité de sûreté nucléaire, Pierre-Franck Chevet. De par leur conception, « les centrales ont été dimensionnées pour 40 ans » d’exploitation et il y a « bien des sujets de sûreté majeurs à regarder à cette échéance » avant d’autoriser la poursuite de l’exploitation des réacteurs demandée par EDF, a résumé M. Chevet à l’Assemblée nationale, lors d’une audition devant la commission d’enquête sur la filière nucléaire. « Il peut y avoir des phénomènes de vieillissement sur certains composants des centrales, qu’on doit regarder d’autant plus attentivement que ces composants ne sont pas nécessairement remplaçables », a-t-il souligné. Les demandes de prolongation d’exploitation des centrales seront en outre évaluées à l’aune des critères de sûreté, plus stricts, applicables à la troisième génération de réacteurs, comme l’EPR en cours de construction à Flamanville, a rappelé le président de l’ASN.