En ce momentNouveau SudinfoCrise énergétiqueLigue des Champions Accueil

Loin d’être optimistes à l’entame de la dernière journée de championnat, les Gaulois ont donc décroché un dernier succès pour du beurre face à Raeren. « On savait qu’il nous faudrait un petit miracle pour nous en sortir, on ne maîtrisait pas tous les paramètres », glisse Jérôme Roberty, l’attaquant arrivé au Pas Bayard cet été en provenance de Jodoigne. « On a fait notre part du boulot en gagnant mais au final, personne n’était à la fête puisque Huy s’est imposé contre Marloie. C’est frustrant car on descend en P1, cela veut dire qu’on a échoué dans une mission qui était pourtant clairement à notre portée. »

Concernant la petite polémique sur la victoire de Marloie face au Gaulois, l’ancien joueur de Givry et de Mormont a un point de vue bien précis. « Sur le plan de l’éthique sportive, cela n’aurait pas été juste qu’ils nous avantagent. Après, on pourra évidemment regretter que Marloie n’ait pas su nous donner un coup de main en gagnant à Huy. C’était le dernier match de leur saison et je ne sais pas dans quel état d’esprit ils étaient là-bas. C’est clair que c’est râlant mais je ne pense pas qu’ils ont fait exprès de passer à côté de leur match. Après, dire que c’est Marloie notre bourreau et expliquer la descente juste sur ces deux dernières semaines, ce serait quand même fort réducteur. »

Il a averti le groupe

Il est vrai que si les Gaulois se trouvent aujourd’hui en P1, c’est avant tout de leur faute. Plus que la défaite à Marloie, c’est le 0/6 enregistré face à Wanze/Bas-Oha et le 2/6 face à Huy qui ont un peu plombé les Coalisés. « Et il n’y a pas que ça. Quand on refait le fil de la saison, il y a quand même pas mal de moments où l’on peut avoir des regrets. Comme ça, je pense aux penaltys bêtement concédés à Mormont et à Habay alors qu’on avait tout en main et qui nous coûtent quatre points. Il y a ce match à Gouvy où on est bien et où on laisse filer deux points. Le match à Huy également où le 0-2 est injustement annulé, la double jaune reçue par Guillaume à Wanze et qui nous plombe. Généralement, on dit que toutes ces petites choses s’équilibrent sur un championnat. Force est de constater que ce n’est pas vraiment le cas nous concernant cette saison. Non seulement on a manqué de réussite mais il y a aussi eu tout un cocktail de mauvaises décisions de notre part qui ont fait que nous sommes dans les problèmes. »

Pour le joueur habitué à la D3, les Gaulois n’ont peut-être pas non plus tout fait pour s’en sortir. « Il y a eu pas mal de non-matchs assez incompréhensibles de notre part et peut-être pas assez de remise en question. Vu la tournure des événements, j’avais essayé de tirer la sonnette d’alarme en décembre. J’avais parlé au staff et au groupe en leur disant que si on continuait comme ça, on allait au-devant de désillusions. Vu leur réaction, j’avais l’impression de hurler au loup et de passer pour le gars alarmiste. Au final, la suite m’a donné raison. »

Quand une équipe culbute, les joueurs sont à pointer du doigt mais aussi l’entraîneur. Au sujet de Valère Lamy, le joueur ne souhaite pas entrer dans les détails. « Le linge sale ne se lave pas en public. On a eu une discussion tous les deux la semaine passée et je lui ai dit ce que je pensais. La conséquence a été que je n’ai pas joué ce week-end. Valère est un jeune coach de 29 ans, il sortira grandi de cette saison. Il découvre le métier et le développement d’un coach passe aussi par des moments comme celui-ci. À lui de tirer les conclusions de cette saison. »

Où va-t-il aller ?

Concernant la suite de sa carrière, Jérôme Roberty a toujours été clair. La P1 luxembourgeoise, ça ne le botte pas trop. « Et ce n’est pas pour la snober. Mais, habitant à Bruxelles, je ne me vois pas faire d’aussi longs déplacements. Cela ne m’aiderait pas à être performant. Après, je ne veux fermer aucunes portes. Je n’ai pas encore de contacts mais cela ne m’inquiète pas. Je veux de toute façon digérer notre descente et bien analyser chaque proposition. L’aspect financier joue mais ce n’est pas mon critère principal. Je mettrai toujours en avant le projet sportif. Je veux un club où je pourrai avoir un challenge intéressant, un entraîneur qui me veut vraiment et qui compte sur moi pour être un joueur important. Le côté confort joue aussi. J’aimerais trouver un club avec de belles installations, histoire de travailler dans de bonnes conditions. »

Stéphane Marchesani

Cet article est réservé à nos abonnés. L’information de qualité et de proximité a un prix. En vous abonnant, vous défendez l’indépendance et le rôle indispensable de la presse. S’abonner, c’est nous soutenir.

Je m'abonne pour 3,30€/mois

Je suis déjà abonné, je m'identifie

**** ********* ********** ** ********** ** ** ********* ******** ** ************ *** ******* *** **** ********** ** ******* ******* **** ** ****** **** ** ******* ********** ****** ******* **** ******** ** ***** ******* **** **** ** ******* ** ** *********** *** **** *** ******************** ****** ******** ******** ************* ******* ** *** ****** *** ***** ** ********** ** ********* ********** * **** ***** **** ** ****** ** ******* **** ** ****** ******** ********** ** ** ***** ******* *** ******* ******* ****** ******** ******* ********* *** ** ******* ** *** **** **** **** ******* * ******** **** *** ******* *** ****** ******** ********** ** ***** ****************

********** ** ****** ********** *** ** ******** ** ******* **** ** ******** ********** ****** ** ***** ** ** ******* * ** ***** ** *** **** ******** *********** ** **** ** ************ ********* **** ********** *** ***** ***** ******** **** *********** ******* ** ****** *********** ********* *** ******* ******* *** ** **** ****** ** **** ** **** ** ******* ** **** ********** ** ******* ***** ** **** ****** ** ** ** **** *** **** **** ***** ********** *** ******** ******** ******* ***** *** ******* ******* **** ** ** ***** *** ******** *** **** ******* ** ****** ** ****** ** **** ****** ******* **** *** ******* ******* ***** ******** ** ********* ** ******** ***** *** *** **** ********** ********* ** ****** ***** ***** **** *******************

Sudinfo

Aussi en

Voir plus d'articles