L’hebdomadaire Marianne Belgique: déjà la fin

Le directeur de la rédaction confirme l’action en justice révélée jeudi matin par le quotidien L’Echo. «Nous avons intenté une action en justice contre Marianne France», explique Pascal Vrebos. «Nous ne voulons plus publier leurs pages», affirme-t-il, confirmant à demi-mot un désaccord financier avec le magazine français. «C’est une rupture».

Marianne Belgique, avec ses pages issues de la rédaction française, paraîtra pour la dernière fois samedi. «Mais ce n’est pas fini. On va continuer», précise Pascal Vrebos, qui rappelle que le magazine compte une petite quarantaine de collaborateurs (contributeurs extérieurs compris).

A la question de savoir si un hebdomadaire issu de la rédaction bruxelloise sera bien dans les rayons des libraires dans deux semaines, le directeur répond par l’affirmative. «Oui, c’est sûr!» Il n’est toutefois pas question -ou pas dans l’immédiat en tout cas- d’une reprise de «Moustique», comme évoqué dans un article paru jeudi sur le site internet du Soir. «Moustique n’a rien à voir dans tout ça», balaie Pascal Vrebos, qui rappelle que le groupe Sanoma cherche à revendre en bloc tout son pôle magazine belge, donc pas uniquement «Moustique».

La forme exacte et le nom que prendra ce «nouveau» magazine sont encore gardés secrets.