En ce momentNouveau SudinfoCharleroi - StandardCrise énergétique Accueil

C’est déjà en juillet dernier que le conseil de la zone de police Botha (Botte du Hainaut) a validé la nomination du commissaire Vincent Mathy au poste de chef de corps. Soit bientôt 10 mois. Cette nomination, qui ne devait pourtant être qu’une formalité administrative avant la prise de fonction effective du numéro 1 de la police locale, n’a toujours pas été signée par la ministre de l’Intérieur, Annelies Verlinden.

Une situation que déplore, entre autres, Jean-François Gatelier, bourgmestre de Sivry-Rance et président de la zone de police Botha : « La zone est prise en otage depuis tout ce temps à cause de la non-désignation par l’État fédéral du nouveau divisionnaire », déplore Gatelier. « En attendant, la zone ne peut pas porter de projets sur le plus long terme, et c’est le citoyen qui subit, au final. » Face à cela, le conseil de zone avait décidé d’attaquer l’État belge en justice.

Le problème pourrait toutefois se résoudre dans les prochains jours, suite à un arrêt du Conseil d’État. Publiée cette semaine, cette décision donne raison à Vincent Mathy sur plusieurs points. L’homme réclamait en réalité deux choses : que la sanction disciplinaire dont il fait l’objet depuis l’affaire Jozef Chovanec, décédé à l’aéroport de Charleroi en 2018, soit levée, et que sa nomination comme chef de corps à Botha ne soit plus mise en suspens.

Cité mais pas responsable

Le commissaire de police, toujours directeur des opérations à la zone de Namur-Capitale, était cité dans le dossier Jozef Chovanec, ce ressortissant slovaque de 38 ans décédé après plusieurs jours de coma, des suites de blessures à la tête lors de son séjour dans une cellule de la police de l’aéroport de Charleroi. À l’époque, Vincent Mathy était à la police aéronautique (LPA) de Gosselies et, aux yeux du ministère de l’Intérieur, cette fonction rendait le policier responsable des faits survenus en 2018, accusation que le syndicat SNPS (Syndicat Nationale du personnel de Police et de Sécurité) a toujours rejetée, aujourd’hui encore. L’enquête a d’ailleurs déterminé voici plusieurs mois que l’intervention des policiers dans la cellule n’avait pas causé le décès du Slovaque.

Pour le Conseil d’État, qui se base entre autres sur la décision du conseil de discipline : la responsabilité de Vincent Mathy dans cette affaire est nulle et l’homme ne doit faire l’objet d’aucune sanction ni même d’aucune procédure disciplinaire. Et, étant donné que l’argument principal de la ministre Verlinden pour ne pas signer la nomination de chef de corps est justement l’existence d’une procédure disciplinaire à son égard, cette nomination ne doit plus être en suspens, indique le Conseil dans son arrêt du 25 avril.

Dénouement imminent espéré

Forts de cette décision, les conseils juridiques et policiers de Vincent Mathy vont réclamer directement à la ministre de l’Intérieur, comme ils l’ont déjà fait à maintes reprises par le passé, la signature finalisant la nomination comme chef de corps. Chacun espère une réponse positive dans les prochains jours et une mise en place du nouveau chef de zone dès le mois prochain.

Dans ce dossier, nous avons tenté de contacter le cabinet de la ministre Verlinden et Vincent Mathy, nos appels sont restés sans réponse. Me Marc Uyttendaele, l’avocat du policier, n’a quant à lui pas souhaité commenter l’affaire.

En attendant l’arrivée de Vincent Mathy, que l’on espère imminente au sein de la zone, les rênes sont tenues par la commissaire Anne Lacomble, cheffe de corps faisant fonction. L’ancien chef de corps n’occupe plus ses fonctions mais exerce toujours au sein de la zone Botha : Pierre Maton avait été inquiété pour avoir provoqué un accident de la route sous influence. Épisode depuis lequel la zone n’a plus de chef de corps nommé.

Cet article est réservé à nos abonnés. L’information de qualité et de proximité a un prix. En vous abonnant, vous défendez l’indépendance et le rôle indispensable de la presse. S’abonner, c’est nous soutenir.

Je m'abonne pour 3,30€/mois

Je suis déjà abonné, je m'identifie

******* ****** ** ******* ******* *** ** ******* ** ** **** ** ****** ***** ****** ** ******** * ******* ** ********** ** *********** ******* ***** ** ***** ** **** ** ****** **** ******** ** ***** ***** *********** *** ** ****** ******** ***** ******** ********** ************** ***** ** ***** ** ******** ********* ** ******* * ** ** ****** ******* ***** ******** *** ***** ******* *** ** ******** ** *************** ******** **********

*** ********* *** ********* ***** ******* ************** ********* *********** ** *********** ** ********** ** ** **** ** ****** ************ ********** **** *** ***** ** ***** ****** **** ** ***** ** ***** ** ** **************** *** ********* ********* ** ******* ********************** ******** ********* ********** ********** ** **** ** **** *** ****** ** ******* *** ** **** **** ****** ** ******* ** ******* *** ****** ** ************** **** ** ***** ** ******* ** **** ***** ******** ************ ********* ***** ** ********

Sudinfo

Aussi en

Voir plus d'articles