En ce momentNouveau SudinfoCharleroi - StandardCrise énergétique Accueil

Bien que cela paraisse cruel, ces augmentations sont souvent inévitables pour les entrepreneurs. « Nous sommes obligés de le faire, nous devons nous aussi faire face à l’augmentation des prix. Depuis janvier, le bois, les tuiles, le ciment ou encore le matériel d’isolation ont augmenté de 33 %. Pour exemple, un panneau en OSB (bois recomposé) est aujourd’hui affiché à une trentaine d’euros l’unité, alors qu’il coûtait moins de 15 €, il y a quelques mois. Et ça ne fait que monter au fil des mois. Si le devis a été signé avant janvier, c’est, entre guillemets, normal de remarquer une augmentation. Maintenant, c’est aussi à l’entrepreneur de faire un geste commercial. C’est pour ça qu’on laisse systématiquement un délai de réponse de plus ou moins un mois pour signer le devis, afin de laisser le temps au client de réfléchir longuement », communique DC Bâti, une entreprise de construction basée à Jumet.

Question de conditions

Certes, ces factures majorées ne sont jamais agréables, mais il est aussi probable que le particulier ait signé le devis un peu trop vite. « Il est possible qu’une clause indique dans le devis que le prix n’est pas fixe et qu’il peut évoluer en fonction d’une augmentation du tarif des matières premières. Cela se voit rarement chez les petits entrepreneurs, mais peut-être que c’est plus fréquent dans les grosses boîtes. Si le client a signé sans y faire attention, il est malheureusement tenu de régler la note. Mais même dans ce cas-là, on perd de l’argent, car il est impossible de répercuter toutes les augmentations sur le client », explique Bruno Cazzoli, entrepreneur à Montigny-le-Tilleul.

Ce n’est pas le seul cas de figure qui oblige le client à payer la note supplémentaire. « Il est également possible qu’une offre présentée dans un devis expire au bout d’un certain temps. Admettons qu’un devis présente une offre qui n’est valable que deux semaines, si le particulier signe après l’échéance, il ne peut qu’assumer une note supplémentaire. Mais encore une fois, il doit être clairement indiqué dans le devis, que l’offre est limitée dans le temps », explique Loïc Cordier, également entrepreneur, de Leernes.

Mais c’est tout aussi probable que cela soit à l’entrepreneur de couvrir les frais supplémentaires. « Dans le cas où les travaux commencent plus tard que prévu et que l’offre a été acceptée dans les temps, c’est à l’entrepreneur de couvrir les frais. »

Si vous êtes sur le point de faire construire votre futur cocon, retenez donc qu’il faut toujours étudier scrupuleusement le devis avant de signer !

Cet article est réservé à nos abonnés. L’information de qualité et de proximité a un prix. En vous abonnant, vous défendez l’indépendance et le rôle indispensable de la presse. S’abonner, c’est nous soutenir.

Je m'abonne pour 3,30€/mois

Je suis déjà abonné, je m'identifie

**** *** **** ******** ****** *** ************* **** ******* ************ **** *** ************** ************ ****** ******** ** ** ****** **** ****** **** ***** ***** **** ** **************** *** ***** ****** ******** ** ***** *** ******* ** ****** ** ****** ** ********* ************* *** ********* ** ********** **** ******** ** ******* ** *** ***** *********** *** ************* ******** ** *** ********* ********* *********** ***** ******* ******** ***** ** ************ ** * * ******** ***** ** *** ** **** *** ****** ** *** *** ***** ** ** ***** * ***** ****** ***** ******** ******** ***** *********** ****** ** ********* *** ************* *********** ******* ***** ** **************** ** ***** ** ***** *********** ******* **** *** ******* ****** ***************** ** ****** ** ******** ** **** ** ***** ** **** **** ****** ** ****** **** ** ******* ** ***** ** ****** ** *********** ******************* ********** ** ****** *** ********** ** ************ ****** ** ******

******** ** **********

******* *** ******** ********* ** **** ****** *********** **** ** *** ***** ******** *** ** *********** *** ****** ** ***** ** *** **** ***** ********** *** ******** ******** ****** ******* **** ** ***** *** ** **** ******* *** **** ** ******* **** ******** ** ******** ******* ************ ** ***** *** ********* *********** **** ** **** ******** **** *** ****** ************** **** ********** *** ******* **** ********* **** *** ******* ******** ** ** ****** * ****** **** * ***** ********** ** *** *************** **** ** ******* ** ***** **** ***** **** ** ******** ** **** ** *********** *** ** *** ********** ** *********** ****** *** ************* *** ** *************** ******** ***** ******** ************ ** ********************

** ******* *** ** **** *** ** ****** *** ****** ** ****** ** ***** ** **** **************** ********** *** ********** ******** ******** ***** *********** **** ** ***** ****** ** **** ****** ******* ****** ********* ******* ***** ********* *** ***** *** ******* ******* *** **** ********* ** ** *********** ***** ****** *************** ** ** **** ************ *** **** ************************** ****** *** ***** ** **** ***** ********** ******** **** ** ****** *** ********* *** ******** **** ** ************** ******** ***** ******** ********** ************* ** ********

**** ******* **** ***** ******** *** **** **** ** **************** ** ******* *** ***** ***************** ************ ** *** *** *** ******* ********** **** **** *** ****** ** *** ********* * ***** ********* **** *** ****** ******* ** **************** ** ******* *** **************

** **** ***** *** ** ***** ** ***** ********** ***** ***** ****** ******* **** ******* **** ******** ******** *************** ** ***** ***** ** *************

Offre exclusive ! Accès illimité à partir de 3,30€/mois

aux articles Sudinfo, LaMeuse, LaNouvelleGazette, LaProvince, NordEclair et LaCapitale

J'en profite Je suis déjà abonné, je m'identifie
Sudinfo

Aussi en

Voir plus d'articles