En ce momentNouveau SudinfoCrise énergétiqueCharleroi - Standard Accueil

Le front est un peu plus dégarni, le dos provoque toujours une démarche moins fluide que Roger Federer, mais le regard est toujours vif et la dérision jamais trop loin de la balle… Filip Dewulf vient de fêter ses 50 ans et a donc passé une moitié de sa vie dans l’après, de son exploit à Roland-Garros !

« Vous me filez de suite un petit coup de vieux, on va donc parler du Standard… », sourit le Limbourgeois, grand fanatique des Rouches et aussi d’une certaine époque où ses favoris faisaient trembler Barcelone…

La nostalgie ne fait pourtant pas partie du tiroir préféré du citoyen de Bourg-Léopold. Mais comme tout le monde, une fois qu’on ouvre l’album des souvenirs, il aime tout de même tourner les pages remplies de ces photos qui prouvent que, le 6 juin 1997, date de sa fameuse demi-finale contre Gustavo Kuerten, il était le gars le plus célèbre de Belgique !

Filip, on fête donc cette année, les 25 ans de votre exploit. Ça vous fait quoi ?

25 ans, ça fait beaucoup évidemment. Et peu, à la fois ! Car je me souviens de cette quinzaine, pas comme si c’était hier, mais avant-hier. Encore juste avant de partir pour ce Roland-Garros (NDLR : Filip Dewulf est désormais journaliste pour le quotidien flamand Het Laatste Nieuws) des gens m’ont reparlé de ma demi-finale, ils n’en revenaient pas que ça faisait déjà 25 ans… 25 ans, c’est un chiffre symbolique, ça fait un peu vieux, mais ça reste un très bon souvenir.

Justement, quelle est la première image qui vous revient à l’esprit, là ?

Je revois mon petit hôtel à Paris. L’Excelsior, je crois, c’était juste un deux étoiles, pour les qualifs, normalement… Je revois le gérant qui s’énervait, au début, car je ne pouvais pas lui dire si je gardais la chambre ou pas. Au fil du tournoi, il a commencé à suivre mes résultats, puis à regarder mes matches, pour devenir mon meilleur ami ! Ça résume un peu tout, en fait. En Belgique aussi, les gens suivaient de loin mes prestations pour finir par devenir fous devant leur télé.

Comment expliquez-vous qu’on vous parle toujours de cette fameuse épopée.

Il faut se rappeler qu’à l’époque, il n’y avait pas internet, peu de GSM et fatalement pas de réseaux sociaux. Donc, on n’était pas assailli d’informations en tout genre comme maintenant. Tout le monde regardait les chaînes publiques. Mon exploit était aussi une première pour le tennis belge (NDLR : Justine Henin et Kim Clijsters n’étaient encore que des juniores) et une première, ça marque toujours les esprits. Durant ces 25 ans, il n’y a pas une seule année qui est passée sans qu’on ne m’en parle au moins une fois. C’est dingue, l’impact émotionnel que ça a créé en Belgique. C’est comme si j’avais gagné le tournoi, en fait ! Et j’ai au moins 100 personnes, un compte réel (!), qui m’ont dit qu’elles avaient raté leurs examens à cause de moi. Si on ajoute tous ceux qui ne m’ont jamais rencontré, ça fait beaucoup (il rit). Tous des gens qui ont sans doute réussi dans leur vie, maintenant, mais qui ont mis un peu plus temps que prévu…

Que dirait le journaliste actuel au sportif de l’époque ?

Je lui demanderais pourquoi il n’a pas plus souvent joué à ce niveau dans sa carrière ?

Et le sportif répondrait quoi ?

Que le journaliste ne connaît pas mon caractère ! J’ai toujours été un joueur intuitif, quelqu’un qui réagissait aux premières sensations. Si je sentais directement bien la balle, je devenais un joueur très difficile à battre. Par contre, si je n’étais pas dans un bon jour, c’était la catastrophe. C’est blanc ou noir avec moi. Et encore aujourd’hui, quand je joue au padel (il sourit). Je peux jouer le plomb, et le lendemain, ne plus rien sentir… En fait, j’étais assez insaisissable pour… moi-même et pour mes adversaires. Sauf ceux qui me connaissaient bien et qui faisaient le gros dos jusqu’à ce que je pète un câble…

Lors de votre parcours de 1997 (huit succès d’affilée !), vous étiez ce joueur intenable.

Durant les qualifs, j’étais encore fort nerveux, mais une fois que j’ai saisi ma chance au premier tour, j’ai joué de superbes matches. Je voyais bien la balle, je jouais les lignes, ce qui était mon jeu quand tout allait bien. J’étais sur un nuage. Dans la zone, comme disent certains joueurs. C’est malheureusement, une sorte d’état de grâce qui ne se commande ou ne se prépare pas. Parfois même, ça arrive au moment où on s’y attend le moins. Un mois avant ce Roland-Garros, je m’étais tordu la cheville en Coupe Davis…

Vous avez des regrets, 25 ans plus tard ?

Celui de ne pas avoir été en finale… J’ai été submergé par les émotions et par tout ce qui tournait autour de ma demi-finale : ma femme qu’un journal flamand va chercher en hélicoptère à l’école où elle travaille… Subitement, c’est devenu trop de pression. Maintenant, il faut rester réaliste. Kuerten a prouvé, par la suite, quel grand joueur il était et qu’il était à sa place. Moi, pas vraiment… Si j’avais mieux géré tout ça, j’aurais peut-être pu aller au cinquième set et pas m’arrêter au quatrième…

Et si, un jour, votre performance à Paris était égalée ou dépassée chez les messieurs ?

Je suis trop vieux pour être jaloux, désormais (rire). Ça me ferait surtout mal parce que tout le monde viendrait à nouveau m’interviewer ! Mais je pense que le niveau est bien supérieur aujourd’hui et qu’un tel parcours, ici, est désormais très difficile à réaliser.

On imagine que c’est le meilleur souvenir de toute votre carrière ?

Non ! Mon meilleur souvenir, ça reste mon premier titre ATP, conquis à Vienne en 1995. J’avais battu Thomas Muster chez lui, alors qu’il était nº3 mondial et qu’il espérait remporter le… 12e titre de sa saison ! J’étais aussi issu des qualifs… Je n’avais jamais rêvé d’être un joueur pro, alors remporter un titre ATP… C’était une première énorme consécration.

Vous ne regrettez pas d’avoir connu tout ça 25 ans trop tôt quand on voit l’évolution des prize-moneys, notamment ?

D’abord, je pense qu’aujourd’hui, je n’aurais jamais réalisé ce parcours. Ensuite, pour l’époque, un chèque de 5, 6 millions de FB (140.000€ aujourd’hui) ce n’était pas mal du tout. J’ai pu vivre bien, et surtout, ça m’a donné le temps de trouver mon chemin dans ma deuxième carrière.

Et si c’était à refaire ?

Je signe de suite pour la même aventure. Ça n’arrive pas souvent à un joueur d’être dans cette fameuse zone. Juste, j’essayerai de mieux profiter du moment. En 1998 (NDLR : il a encore atteint les quarts de finale !), j’ai beaucoup mieux vécu tout ça, et sans doute livré le meilleur match de ma carrière contre le Suédois Thomas Enqvist, en huitième de finale.

Et votre meilleur match de 1997 ?

C’était au 3e tour contre l’Espagnol Albert Portas. On jouait sur le court nº10 qui n’existe plus maintenant. Je n’étais pas fan des supporters avant, ils me faisaient toujours un peu peur. Mais là, les fans belges m’ont porté comme jamais. J’ai dépassé mes limites avec un succès 8-6 dans le 5e set dans une fournaise totale !

Vous avez revu des images ?

Oui, mais ça fait longtemps maintenant. Tout était enregistré sur des cassettes et maintenant, on n’a plus de lecteur-vidéo… Tout ce qui me reste est dans la cave, chez moi… Mais je me rappelle surtout des images où on voyait le bonheur de mes parents dans les tribunes. Quand j’y repense, ça me touche toujours aujourd’hui.

Cet article est réservé à nos abonnés. L’information de qualité et de proximité a un prix. En vous abonnant, vous défendez l’indépendance et le rôle indispensable de la presse. S’abonner, c’est nous soutenir.

Je m'abonne pour 3,30€/mois

Je suis déjà abonné, je m'identifie

Le front est un peu plus dégarni, le dos provoque toujours une démarche moins fluide que Roger Federer, mais le regard est toujours vif et la dérision jamais trop loin de la balle… Filip Dewulf vient de fêter ses 50 ans et a donc passé une moitié de sa vie dans l’après, de son exploit à Roland-Garros !

** ********* ** **** ******** *** ****** ** ****** ********** ** ******* ** *************** **** ***** **** ** ****** *** **** ******* ***** ********* *** ********** ** **** **** ** ***** ******* *** ***** ******** ** *** ****** *** ******** **** ** * **** ***** **** ** ** ******* *********** ****** ******* ******** ** ****** ** **** ** **** ********* ** ***************

****** ** ***** **** ***** ******* *** ** *** ** ***** ******** *** **** **** ***********

** **** *** **** ******** ************ ** **** ** ** *********** *** ** ** ******** ** ***** ********** *** ***** ** ********** ***** **** *********** ****** ***** ***** ** ****** **** ** ************* ************ ***** ****** *** ********** *********** **** ** ********* ******* *** ******* ******* *** **** ******* ******** ** ** ************ *** ****** ********** *** *** *** ******* ****** ** ****** ** **** ******* ** ******* *********** *** **** ** *** ****** **** *** ***** ** ***** *** *********

********** ****** *** ** ********* ***** *** **** ******* ** *********** **********

** ****** *** ***** ****** ** ****** ************** ** ****** ********** ***** ** **** ********* **** *** ******** ************** ** ****** ** ******* *** ************** ** ******* *** ** ** ******* *** *** **** ** ** ******* ** ******* ** **** ** *** ** ******** ** * ********* ** ****** *** *********** **** ** ******** *** ******** **** ******* *** ******** ********** *** ******* ** *** ***** ** ***** ** ******** ****** *** **** ********* ** **** *** *********** **** ***** *** ******* **** ****** **** *******

******* ************** ******* **** ***** ******** ** ***** ******* *********

** **** ** ******** ******* ************ ** ***** ***** *** ********* *** ** *** ** ********** *** ** ******** ******** ***** ** ********** *** ******** **************** ** **** ***** ***** *********** **** ** ***** ********* *** ******** ********** *** ******* ****** ***** *** ********* **** ** ****** ***** ************ ******* ***** ** *** ********* ************ ****** *** *** ********* ** *** ********** *** ****** ******** *** ******** ****** *** ** **** ** ***** * *** *** ***** ****** *** *** ******* **** ******* ** ****** ***** ** ***** *** ***** ******* ******* ********** *********** *** *** * ****** ** ********* ******* ***** ** ********* ****** ** ******** ** *********** ** ****** ** ***** *** ********** ** ****** ***** **** *** ******* *** ********** ******* ***** ***** ******* ** ***** ** **** ** ** ****** **** **** *** ** ******* ****** *********** *** **** ******** *** ***** **** *** **** *** *** **** ***** ******* **** **** **** *********** **** *** *** *** ** *** **** ***** *** *********

*** ****** ** *********** ****** ** ******* ** ******************

** *** *********** ******** ** ***** *** **** ******* ***** ** ** ****** **** ** ****************

** ** ******* *********** ***********

*** ** *********** ** ******** *** *** ***************** ****** ******** ***** ** ****** ********* *********** *** *********** *** ********** *********** ** ** ******* *********** **** ** ****** ** ******** ** ****** ***** ********* ** ******* *** ******* ** ** ********** *** **** ** *** ***** ********** ** ************ ******* ***** ** **** **** **** ** ****** ************** ***** ** **** ** ***** *** ******** ** **** ***** ** ****** ** ** ********** ** **** **** ********* ** ***** ********** ***** ************* ******* ********* ** **** *** ************ **** **** *** ** ************* **** ** *** ********* ** **** *** ********** ** *** ** ***** ** *********

**** ** ***** ******** ** **** ***** ******* ********************* **** ****** ** ****** **********

****** *** ******** ********** ****** **** ******** **** *** **** *** ****** ***** ** ****** ** ******* ***** ****** ***** ** ******** ******** ** ****** **** ** ****** ** ****** *** ******* ** *** ****** *** *** ***** **** ****** ***** ********** *** ** ****** **** ** ***** ***** ****** ******** ******** ******* **************** *** ***** ********* ** ****** *** ** ** ******** ** ** ** ******** **** ******* ****** *** ****** ** ****** *** ** ***** ****** ** ****** ** **** ***** ** ************** ** ********** ***** ** ******** ** ***** ********

**** **** *** ******** ** *** **** ***********

***** ** ** *** ***** ***** ** ********* ****** ***** ********* *** *** ********* ** *** **** ** *** ******** ****** ** ** ****************** ** ***** ******* ******* ******* ** ******** ** ************* ** ********** *** **** ************ *********** ******* ****** **** ** ********* *********** ** **** ****** ********** ******* * ******** *** ** ****** **** ***** ****** ** ****** ** ******* ****** ** ** ****** **** *** *********** ** ********* ***** ****** **** **** ********** ********** ** ***** ** ********** *** ** *** ************ ** *************

** *** ** ***** ***** *********** ** ***** ****** ******** ** ********** **** *** ****************

** **** **** ***** **** ***** ******* ********** ******* *** ** ****** ******* *** ***** *** **** ** ***** ********* ** ******* ********************** **** ** ***** *** ** ****** *** **** ********** ************* ** ******* *** ********* **** *** ********** ***** ********* ** **********

** ******* *** ******* ** ******** ******** ** ***** ***** ****************

********** *** ******** ********* *** ***** *** ******* ***** **** ******* ** ****** ** ***** ********* ***** ****** ****** **** **** ***** ******* ****** **** ******* ** ******* ********* ********* ***** *** ***** ** ** ************* ********** ***** **** *** ********** ** ********* ****** ****** ********* ** ****** **** ***** ********* ** ***** ****** ********** *** ********* ******* **************

**** ** ********* *** ********* ***** **** *** ** *** **** **** ***** ** **** ************** *** ************* ****************

********** ** ***** ******************* ** ********** ****** ********* ** ********* ******** **** ************ ** ******* ** ** * ******** ** ** *********** ************** ** ********** *** *** ** ***** ****** ** ***** ***** ** ******** *** ***** ****** ** ***** ** ******* *** ****** **** ** ********* **********

** ** ********** ** **************

** ***** ** ***** **** ** ***** ********* *** ********** *** ******* ** ** ****** ********* **** ***** ******* ***** ****** ************* ** ***** ******** ** ******* ** **** ************ ** * ****** ******* *** ****** ** *************** ****** ******** ***** ***** **** **** ** **** ***** ****** ** ******** ***** ** ** ********* ****** ** ******** ****** ******** ** ********* ** *******

** ***** ******** ***** ** ***********

********** ** ** **** ****** ************ ****** ******* ** ****** *** ** ***** ***** *** ********** **** *********** ** ********** *** *** *** ********** ****** *** ** ********* ******** ** *** ***** **** **** *** **** ****** ******* ****** ***** ******* ****** ********* *** ******* **** ** ******* *** **** ** ** *** **** *** ********* *************

**** **** **** *** *************

**** **** *** **** ********* *********** **** ****** *********** *** *** ********* ** *********** ** ***** **** ** ***************** **** ** *** ** ***** *** **** ** ***** **** ****** **** ** ** ******** ******* *** ****** *** ** ****** ** ******* ** *** ******* **** *** ********* ***** ***** ******** *** ** ****** ******** **************

Offre exclusive ! Accès illimité à partir de 3,30€/mois

aux articles Sudinfo, LaMeuse, LaNouvelleGazette, LaProvince, NordEclair et LaCapitale

J'en profite Je suis déjà abonné, je m'identifie
Sudinfo

Aussi en

Voir plus d'articles