En ce momentNouveau SudinfoCharleroi - StandardCrise énergétique Accueil

Ce mardi, Paolo Falzone a comparu pour la troisième fois devant la Chambre du Conseil de Tournai. Lors de cette comparution, son avocat, Frank Discepoli, a demandé une détention sous bracelet électronique. Une demande qui a été acceptée. Paolo Falzone pourrait donc sortir de prison prochainement à moins que le parquet ne fasse appel. Cette détention sera effectuée à plusieurs kilomètres de la région du Centre.

Pour rappel, le 20 mars dernier, le trentenaire a foncé dans la foule lors du ramassage d’une partie de la société de gilles « Les Boute-en-Train » au carnaval de Bracquegnies. Il a tué six personnes, blessé grièvement dix autres et légèrement plusieurs dizaines de participants à ce ramassage… Le conducteur avait continué son trajet et s’était arrêté à environ un kilomètre plus loin. Il a été placé sous mandat d’arrêt du chef d’homicide involontaire. Quant à son passager Nino, il a été libéré sous conditions. Il a tout de même été inculpé de non-assistance à personne en danger. Désormais, on sait que le chauffeur n’avait ni bu ni consommé de stupéfiants.

« Un confinement tout confort »

Pour Mattia Imperiale qui a perdu trois proches (Salvatore Imperiale, son papa, Mario Cascarano, son oncle et Micheline Imperiale, sa tante), une libération sous bracelet électronique se résume à un confinement tout confort. « J’invite les proches du conducteur et son avocat d’arrêter de parler en mon nom et en mon statut de victime. Personne n’est dupe. Tout le monde peut observer leur stratégie de dédiabolisation pour tenter de faire passer le chauffeur pour un être humain modèle. Quand l’avocat du chauffeur dit face caméra que la détention de son client ou pas ne changera rien pour moi, pour nous les victimes… Il n’en sait rien ! D’accord, aucune décision n’allègera notre peine mais certaines peuvent augmenter celle-ci. Personnellement c’est mon cas. »

Selon Mattia Imperiale, personne ne peut ressentir ni même comprendre ce que ses proches et lui vivent. « Ma vie s’est arrêtée le 20 mars et rien ne sera plus pareil. Je dois réapprendre à vivre, à affronter un quotidien déjà difficile en temps normal et qui est depuis plus de deux mois invivable »

Cet article est réservé à nos abonnés. L’information de qualité et de proximité a un prix. En vous abonnant, vous défendez l’indépendance et le rôle indispensable de la presse. S’abonner, c’est nous soutenir.

Je m'abonne pour 3,30€/mois

Je suis déjà abonné, je m'identifie

** ****** ***** ******* * ******* **** ** ********** **** ****** ** ******* ** ******* ** ******** **** ** ***** ************ *** ******* ***** ********** * ******** *** ********** **** ******** ************** *** ******* *** * ***** ********** ***** ******* ******** **** ****** ** ****** ************* ** ***** *** ** ******* ** ***** ****** ***** ********** **** ********** ** ********* *********** ** ** ******* ** *******

**** ******* ** ** **** ******** ** *********** * ****** **** ** ***** **** ** ********* ******* ****** ** ** ********* ** ****** *********** ********************** ** ******** ** ************* ** * **** *** ********** ******* *********** *** ****** ** ************ ********* ******** ** ************ ** ** ************ ** ********** ***** ********* *** ****** ** ********** ******** ** ******* ** ********** **** ***** ** * ***** ****** **** ****** ********** ** **** ************ ************* ***** ** *** ******** ***** ** * ***** ******** **** *********** ** * **** ** ***** ***** ******** ** ************** ** ******** ** ******* *********** ** **** *** ** ********* ********* ** ** ** ********* ** *************

********** *********** **** ***************

**** ****** ********* *** * ***** ***** ******* ********** ********** *** ***** ***** ********** *** ***** ** ********* ********** ** ******* *** *********** **** ******** ************* ** ******* ** ** *********** **** ******** ****************** *** ******* ** ********** ** *** ****** ************ ** ****** ** *** *** ** ** *** ****** ** ******** ******** ******* ***** **** ** ***** **** ******** **** ********** ** **************** **** ****** ** ***** ****** ** ********* **** ** ***** ****** ******** ***** ********** ** ********* *** **** ******* *** ** ********** ** *** ****** ** *** ** ******** **** **** **** **** **** *** *********** ** ****** **** *********** *********** ****** ********* ************* ***** ***** **** ********* ******* ********* ********* *************** ******* *** ************

***** ****** ********** ******** ** **** ********* ** ***** ********** ** *** *** ******* ** *** ******* ********** *** ******* ********* ** ** **** ** **** ** **** **** ******* ** **** ************ ** ****** ** ********* ** ********* ****** ********* ** ***** ****** ** *** *** ****** **** ** **** **** *****************

Offre exclusive ! Accès illimité à partir de 3,30€/mois

aux articles Sudinfo, LaMeuse, LaNouvelleGazette, LaProvince, NordEclair et LaCapitale

J'en profite Je suis déjà abonné, je m'identifie
Sudinfo

Aussi en

Voir plus d'articles