En ce momentNouveau SudinfoCrise énergétiqueCharleroi - Standard Accueil

Depuis 2017, Cyrille Guio et son épouse France ont repris la Ferme du Tchapia de Presgaux. Dès le départ, ils voulaient créer une ferme diversifiée tout en ayant conscience qu’il était préférable de procéder par étapes. La première fut le lancement de la production de maraîchage bio et la vente directe.

Petit à petit, le couple a décidé de croître la surface du verger ce qui leur a permis de développer le pressage de jus. « Nous nous sommes aussi formés sur la production de cidre pour enfin lancer nos premières expériences », explique Cyrille. « Nous avons d’ailleurs visité des dizaines de cidreries en Normandie et échangeons avec les projets de cidreries wallonnes. Tout cela nous a amenés à la plantation de 200 arbres en 2020 et 150 arbres en 2021. »

Depuis janvier 2022, le couple a investi une nouvelle parcelle qui sera intégralement reconvertie en verger haute tige pâturé. L’ensemble de ces différents facteurs a amené Cyrille et France vers leur nouveau projet : l’installation d’une cidrerie.

La qualité avant tout

L’objectif du couple est d’y utiliser exclusivement des pommes issues de vergers hautes tiges pâturés et biologiques. Celle-ci seront valorisées en pommes de table, en jus et en cidre. Mais attention, pas n’importe lequel. « Nous visons un cidre de qualité en favorisant autant que possible la fermentation spontanée, c’est-à-dire réalisée par les levures présentes naturellement sur la pomme ainsi que dans la cidrerie », soulignent Cyrille et France. « La fermentation sera longue (entre 6 et 8 mois) à faible température afin de préserver les arômes mais aussi les minéraux et autres composants du cidre. Dans le même état d’esprit, le cidre ne sera pas pasteurisé. »

À plus long terme, une partie de la production sera distillée afin d’avoir une eau-de-vie. Elle sera ensuite vieillie en fut pour être valorisée en une sorte de Calvados ou pommeau.

Un mois pour financer

Depuis ce 1er juin, la campagne de crowdfunding est officiellement lancée. Au minimum, la somme de 9.500 euros est nécessaire à la mise en place du projet de cidrerie. Et ce choix de financement est totalement réfléchi. « Malheureusement, les arbres ne se mettent en production qu’après une petite dizaine d’années avant d’atteindre leur optimum après 15 ans », précise Cyrille Guiot. « Pendant cette période de lancement, nous fournissons donc un travail sans en récolter les fruits… La collecte permettra d’affronter plus sereinement cette période de transition et de lancement de vergers. »

Au total, quatre paliers pourront être franchis jusqu’à la fin de la récolte fixée le 3 juillet. Si la somme de 25.000 euros est atteinte, le couple pourra aménager une première salle de transformation, s’acheter trois cuves ainsi que du matériel supplémentaire. Pour aider la Ferme du Tchapia, rien de plus simple : rendez-vous sur le site de Miimosa et recherchez le projet.

Loïc Martin

Cet article est réservé à nos abonnés. L’information de qualité et de proximité a un prix. En vous abonnant, vous défendez l’indépendance et le rôle indispensable de la presse. S’abonner, c’est nous soutenir.

Je m'abonne pour 3,30€/mois

Je suis déjà abonné, je m'identifie

Depuis 2017, Cyrille Guio et son épouse France ont repris la Ferme du Tchapia de Presgaux. Dès le départ, ils voulaient créer une ferme diversifiée tout en ayant conscience qu’il était préférable de procéder par étapes. La première fut le lancement de la production de maraîchage bio et la vente directe.

****** ******* ***** ** ****** * ******* *** ******** ******** *** **** ************** *********** ** ****** ***** **** ********* ************ ** *** *********** ******** * ****** ******* ** ****** **** **** ******* ************* **************** ******* *********

** ******** ***** ****

************ ** ****** *** ***** ******** ************* *** ****** ****** ** ******* ****** ***** ********* ** ************ ******** ****** *********** ** ****** ** ****** ** *** ** ** ****** **** ********** *** *********** ******* ************ ****** ** ***** ** ******** ** ********** ****** *** ******** ** ************ *********** *************** ********** *** *** ******* ********** ************* *** ** ***** ***** *** **** ** ***************** ********** ******* ** ******* ********** ************ **** ****** ****** * ** * ***** ** ****** ************ **** ** ********** *** ******* **** ***** *** ********* ** ****** ********** ** ****** **** ** ***** ***** *********** ** ***** ** **** *** ********************

** **** **** ****** *** ****** ** ** ********** **** ********** **** ********* *** *********** **** **** ******* ******** ** *** **** ***** ********** ** *** ***** ** ******** ** ********

** **** **** ********

****** ** *** ***** ** ******** ** ************ *** ************** ******** ** ******** ** ***** ** ***** ***** *** *********** ** ** **** ** ***** ** ****** ** ********* ** ** ***** ** *********** *** ********** *********** ************************ *** ****** ** ** ******* ** ********** *********** *** ****** ******* *********** ***** ************* **** ******* ****** ** ************ ******** ******* ****** *************** ***** ******** ** ********** **** *********** **** ** ******* **** ** ********* *** ********* ** ******** ********* ************* **** *********** ***** ******** ** ********** ** ** ********* ** ****************

** ****** ****** ******* ******** ***** ******** ********** ** *** ** ** ******** ****** ** * ******** ** ** ***** ** ****** ***** *** ********* ** ****** ****** ********* *** ********* ***** ** *************** *********** ***** ***** ***** *** ** ********* **************** **** ***** ** ***** ** ******** **** ** **** ************* *********** *** ** **** ** ******* ** ********** ** *******

***** ******

Offre exclusive ! Accès illimité à partir de 3,30€/mois

aux articles Sudinfo, LaMeuse, LaNouvelleGazette, LaProvince, NordEclair et LaCapitale

J'en profite Je suis déjà abonné, je m'identifie
Sudinfo

Aussi en

Voir plus d'articles