Deux jeunes de Droixhe exécutés par balles: les forces de l'ordre craignent que la cité s'embrase à nouveau (vidéo)

Si la thèse du règlement de comptes n’est pas confirmée officiellement, elle est toutefois privilégiée par les enquêteurs. Bien que la situation se soit notoirement améliorée à Droixhe ces dernières années, ce n’est un secret pour personne que certaines bandes sévissent toujours dans le quartier. Les forces de l’ordre craignent, dès lors, que les amis des victimes ne tentent maintenant de monter une expédition punitive contre les tueurs de leurs copains.

Raison pour laquelle les mesures de sécurité ont été revues à la hausse à Droixhe depuis le drame de lundi soir.

Toutes les caméras de surveillance installées dans le quartier ont ainsi été braquées sur les endroits sensibles, tandis que des policiers de peloton anti-banditisme, en civil, ont été déployés dans les rues. Les auteurs de ces coups de feu n’ayant pas été identifiés, beaucoup redoutent, en effet, qu’ils proviennent du même quartier que leurs victimes. Auquel cas, le risque de bataille rangée entre deux clans rivaux n’est évidemment pas à prendre à la légère.

Patrice Lempereur, le président du conseil de quartier de Bressoux-Droixhe, a lui aussi pris part à cette opération de « maintien de la paix ». Hier soir, il est ainsi parti, avec son équipe, à la rencontre des jeunes de Droixhe : « Le but est de nouer un dialogue constructif avec eux, explique-t-il. Il faut persévérer afin d’arriver aux objectifs de lutte contre toute forme de délinquance et de non-droit, et ainsi éviter des troubles de l’ordre public. »

Hier en fin de journée en tout cas, tout était toujours calme à Droixhe. Et tous espéraient que cela allait durer toute la nuit…