Journalistes TV: le grand bal des étiquettes politiques!

Tous les journalistes politiques dénoncent la langue de bois quand ils sont dans le rôle de l’intervieweur. Mais, devant une question difficile, sont-ils différents des autres? Ainsi dès qu’on aborde la question de leur sensibilité politique à eux, les journalistes de télé bottent en touche, quand ils ne vous enguirlandent pas copieusement.Tous prétendent bien entendu avoir une opinion, mais de là à la dire, c’est une autre paire de manches. Révéler sa sensibilité, parler de ses éventuelles amitiés dans le monde politique, faire preuve d’un peu de transparence, aucun ne prend le risque! Ils ont l’impression que le moindre mot pourrait leur nuire....

Or, en coulisses, nombreux sont ceux à qui l'on attribue des affinités pour une idéologie politique.

Mythe ou réalité? Ceux que nous avons réussi à joindre réfutent toute accointance avec un parti politique en particulier!

François de Brigode (PS)

« Ceux qui me collent une étiquette ont un pouvoir extraordinaire : celui de voir ce que je fais dans l’isoloir ! Si on nous colle des étiquettes, c’est pour nous nuire ! Je m’en fiche, l’important, c’est qu’on ne me prenne pas en défaut d’objectivité. Oui, je suis ami avec Laurette Onkelinx. Mais je le suis aussi avec Olivier Chastel du MR, avec Franco Megetto, directeur de la communication d’Ecolo et avec Denis Ghesquière, attaché de presse CDH pour le Parlement wallon… »

Hakima Darhmouch (MR)

Si Hakima Darhmouch excelle à la présentation du JT, la journaliste a également connu une parenthèse politique en devenant, durant quelques mois, le poste de porte-parole de Louis Michel lorsqu’il était aux Affaires étrangères. La journaliste avait également été approchée en 2010 pour figurer sur les listes MR. Nous avons tenté de la contacter ce mercredi, en vain.

Prolongez le dossier demain dans les éditions du groupe SUDPRESSE ou sur numérique