En ce momentCrise énergétiqueCharleroi - Standard Accueil

C’était le 30 juin 2020. À l’occasion des soixante ans d’indépendance de la République Démocratique Du Congo, le roi Philippe adressait une lettre à son président, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo. « Je tiens à exprimer mes plus profonds regrets pour ces blessures du passé dont la douleur est aujourd’hui ravivée par les discriminations encore trop présentes dans nos sociétés », écrivait le neveu du roi Baudouin.

Philippe aurait dû être présent à Kinshasa ce jour-là mais il avait renoncé, à cause de cette satanée épidémie de Covid. Il était attendu dans la même capitale au mois de mars dernier mais, cette fois, c’était la situation en Ukraine qui l’en avait empêché.

Ce mardi, aux alentours de 15h15, il a enfin pu atterrir dans un pays qu’il ne connaît que par les livres d’histoire. Et quelle histoire quand on évoque les relations entre la petite Belgique et le Congo. Un pays qui est 764 plus grand que le nôtre.

Avec qui on partage un passé (colonial) douloureux. « Le roi des Belges Philippe en visite pour apurer le passé colonial », titre le quotidien français « La Croix ». Les journaux congolais qui mettaient tous cette visite historique à leur Une, attendent bien plus de cette rencontre.

Ils soulignent, pour la plupart, la préoccupation de leurs concitoyens. Ils parlent de la guerre civile dans le pays, de la crise économique, de la corruption. « Les Congolais, même si le Roi prononcera certainement un vrai mea culpa sur ce passif très lourd devant le Parlement, veulent entendre un autre discours que ceux stéréotypés et protocolaires habituels ».

Pour « Le Journal », « ce voyage est pour Bruxelles une occasion de tourner la douloureuse page du passé colonial avec les Congolais ». Ce quotidien y voit surtout les bonnes intentions de la Belgique de retisser de meilleures relations entre Bruxelles et son ancienne colonie. « Une opération séduction qui se déroule alors que l’Europe perd sérieusement du terrain en Afrique ». Et de citer la présence de plus en plus remarquée des Russes, des Chinois et des Turcs.

Six jours intenses

« La Prospérité » salue le pari gagnant de Félix Tshisekedi qui tenait, dès son accession au pouvoir « à raviver les relations entre les deux pays ».

Tous ou presque évoquent l’arrivée de la relique du héros national, Patrice Emery Lumumba, le 21 juin. Une dent qui sera restituée à la famille, la veille, à Bruxelles.

Autre motif d’apaisement, il y a ce retour prévu des milliers d’objets qui avaient été ramenés du Congo par les anciens colons. On parle de 80.000 œuvres d’art. L’une d’elle, provenant du musée de Tervuren, sera dévoilée ce mercredi au musée national.

Bruxelles, écrivent les journalistes congolais, prévoit de décaisser une enveloppe globale de 250 millions d’euros en faveur du pays avec pour objectif d’appuyer plusieurs secteurs, dont les infrastructures, l’agriculture et la santé.

Lors de cette visite qui durera jusqu’à lundi prochain et qui les conduira à Kinshasa, Lubumbashi puis à Bukavu, nos souverains rencontreront des personnalités marquantes du Congo. Outre le président et son épouse, Philippe s’entretiendra avec le caporal Albert Kunyuku. Il décorera même cet ancien et dernier combattant de la Seconde Guerre mondiale qui est aujourd’hui centenaire.

Au Sud-Kivu, il rencontrera le prix Nobel de la Paix, le docteur Denis Mukwege et il visitera son hôpital qui prend en charge les victimes des violences sexuelles.

Voilà pourquoi ces six jours risquent d’être hauts en symboles mais aussi en émotions. Le mois prochain, il y en aura aussi lors de la visite du pape François à ce même Congo...

Pierre Nizet

Cet article est réservé à nos abonnés. L’information de qualité et de proximité a un prix. En vous abonnant, vous défendez l’indépendance et le rôle indispensable de la presse. S’abonner, c’est nous soutenir.

Je m'abonne pour 3,30€/mois

Je suis déjà abonné, je m'identifie

C’était le 30 juin 2020. À l’occasion des soixante ans d’indépendance de la République Démocratique Du Congo, le roi Philippe adressait une lettre à son président, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo. « Je tiens à exprimer mes plus profonds regrets pour ces blessures du passé dont la douleur est aujourd’hui ravivée par les discriminations encore trop présentes dans nos sociétés », écrivait le neveu du roi Baudouin.

******** ****** *** ***** ******** ** ******** ** ******** **** ** ***** ********* ** ***** ** ***** ******** ********** ** ****** ** ****** ******* **** ** ***** ******** ** **** ** **** ******* ***** ***** ***** ********** ** ********* ** ******* *** ****** ***** **********

** ****** *** ********* ** ****** ** * ***** ** ******** **** ** **** ******* ** ******** *** *** *** ****** ************* ** ****** ******** ***** ** ******* *** ********* ***** ** ****** ******** ** ** ****** ** **** *** *** *** **** ***** *** ** *******

**** *** ** ******* ** ****** ********** *********** ********** *** *** ****** ******** ** ****** **** ****** ** ****** ***************** ***** ** ********* ********* ********** ************** *** ******** ********* *** ********* **** ***** ****** ********** ** **** **** ********* **** **** ** ***** **********

*** *********** **** ** ******** ** ************** ** ***** ************ *** ******* ** ** ****** ****** **** ** ***** ** ** ***** ************ ** ** *********** *********** ********** ***** ** ** *** ********** ************ ** **** *** ***** *** ** ****** ***** ***** ****** ** ********** ******* ******** ** ***** ******** *** **** ************** ** ************* ******************

**** ********** **************** ********** ****** *** **** ********* *** ******** ** ******* ** *********** **** ** ****** ******** **** *** ****************** ** ********* * **** ******* *** ****** ********** ** ** ******** ** ******** ** ********** ********* ***** ********* ** *** ******** ******** *********** ********** ********** *** ** ******** ***** *** ********** **** ************* ** ******* ** **************** ** ** ***** ** ********* ** **** ** **** ********** *** ******* *** ******* ** *** ******

*** ***** ********

********** ******************** ***** ** **** ******* ** ****** ********** *** ******* **** *** ********* ** ******* ********** ******* *** ********* ***** *** **** *************

**** ** ******* ********* ************ ** ** ******* ** ****** ********* ******* ***** ******** ** ** ***** *** **** *** **** ********** ** ** ******** ** ******* ** **********

***** ***** *************** ** * * ** ****** ****** *** ******** ********** *** ******* ***** ******** ** ***** *** *** ******* ******* ** ***** ** ****** ******* ******** ******* ********* ********* ** ****** ** ********* **** ********** ** ******** ** ****** *********

********** ********* *** ************ ********** ******** ** ********** *** ********* ******* ** *** ******** ********* ** ****** ** **** **** **** ******** *********** ********* ********* **** *** **************** *************** ** ** *******

**** ** ***** ****** *** ****** ********** ***** ******** ** *** *** ******** ** ********* ********** **** ** ******* *** ********** ************* *** ************** ********** ** ****** ***** ** ********** ** *** ******** ******** **************** **** ** ******* ****** ******** ** ********* ***** *** ****** ** ******* ********** ** ** ******* ****** ******** *** *** ************* ***********

** ********* ** *********** ** **** ***** ** ** ***** ** ******* ***** ******* ** ** ******** *** ******** *** ***** ** ****** *** ******** *** ********* **********

****** ******** *** *** ***** ******** ********* ***** ** ******** **** ***** ** ********** ** **** ********* ** * ** **** ***** **** ** ** ****** ** **** ********* ** ** ***** ********

****** *****

Offre exclusive ! Accès illimité à partir de 3,30€/mois

aux articles Sudinfo, LaMeuse, LaNouvelleGazette, LaProvince, NordEclair et LaCapitale

J'en profite Je suis déjà abonné, je m'identifie
Sudinfo

Aussi en

Voir plus d'articles