Marc Coucke, le président d’Ostende: «Je ne comprends rien à la stratégie de Duchâtelet»

Marc Coucke se plaît à commenter l’actualité footballistique. Les licenciements des entraîneurs espagnols de Bruges et La Gantoise lui avaient déjà offert une belle occasion de se faire remarquer : « Ils auront l’occasion de poser un geste écologique en partageant un taxi pour rentrer en Espagne », avait-il lâché sur son compte Twitter. La semaine dernière, il avait également pris le temps de critiquer John van den Brom, précisant qu’il valait mieux avoir « un coach sans diplôme qui gagne, qu’un technicien diplômé qui perd ».

Marc Coucke n’a, donc, pas manqué l’occasion de commenter la folie acheteuse du président liégeois. « Je ne comprends pas sa stratégie. Je me demande si cela cache un objectif précis. S’il est dans le football pour gagner de l’argent, il doit s’investir à fond dans ce qu’il fait et, donc, ne pas disperser son argent de la sorte. Je le vois mal parvenir à revendre Bari ou Charlton le double du prix d’achat… », a-t-il expliqué. « Commercialement, par contre, tout est plus clair. Si vous êtes à la tête d’une entreprise de vis et que vous achetez d’autres sociétés qui ont la même spécialité, vous allez gagner en efficacité. Mais les footballeurs ne sont pas des vis, tout comme les supporters. »

Il ne se voit pas suivre la stratégie de son homologue liégeois. « Tout simplement parce que Roland Duchâtelet, lui, est capable supporter les reproches de tout un club. Il va se rendre à Charlton pour la première fois alors que personne ne le soutient. Il faut un cœur de pierre pour encaisser cela », poursuit-il. « Maintenant, il peut échanger ses joueurs et ses entraîneurs, mais c’est tout de même assez bizarre. Imaginez que le Standard vienne me proposer un footballeur, c’est qu’il y a quelque chose qui cloche vu qu’il a dix-sept autres clubs sous la main… »