En ce momentNouveau SudinfoCharleroi - StandardCrise énergétique Accueil

Une minute qui a bouleversé la vie de 92 foyers. Le 19 juin 2021, une tornade frappait de plein fouet la ville de Beauraing, laissant derrière elle des dégâts impressionnants et des habitants marqués à vie. Au total, les vents, entre 150 et 180 km/h avaient alors causé par moins 17 blessés légers et heureusement, aucune victime. 92 maisons au total avaient été touchées, rendant une dizaine d’entre elles sur le coup, inhabitables.

Parmi les quartiers et les maisons les plus touchés, il y a la rue de l’Aubépine mais également la rue de Rochefort. On y retrouve la maison de Pierre et Pascaline. Toiture, plafond, châssis, portes, terrasse… La tempête n’a rien épargné à ce couple, vivant à Beauraing depuis plus de 20 ans.

« Ma femme hurlait »

« Ma fille venait de repartir chez elle avec sa petite-fille et on regardait la télévision », nous raconte Pierre. « Un quart d’heure après, la tempête commençait et je suis monté pour fermer une fenêtre que j’avais basculée. J’ai essayé de la fermer mais je n’ai jamais su ».

Submergé par l’émotion, Pierre peine à poursuivre son récit. « Je n’entendais même pas ma femme hurler en bas. »

En une demi-minute, la tornade a saccagé la propriété, laissant derrière elle des images qui marquent à vie. « On est sorti dans la rue, il faisait noir et il y avait un silence… On se regardait tous entre voisins et on avait du mal à y croire », explique Pierre.

« Dès qu’on annonce des orages maintenant, c’est un cauchemar. On annonce du mauvais temps pour ce dimanche, ça m’angoisse. Le jour de la catastrophe, je me souviens avoir discuté avec mon voisin qui demandait s’il allait pleuvoir. Jamais je ne pensais qu’un truc pareil pouvait arriver un jour. Le soir même, on s’est retrouvé dans la rue et il m’a dit qu’il ne m’écouterait plus jamais. »

Relogés dans un premier temps, Pierre et Pascaline n’ont pas su tenir plus d’une semaine loin de leur maison. Ils sont donc rapidement revenus et ont entamé la longue liste de travaux qui les attendaient. « Pendant un an, on n’a fait que penser à ça, c’est épuisant », explique Pascaline. « Ça fait des mois qu’on vit avec nos habits de travaux. Je tenais à ce que la maison soit terminée avant dimanche parce que cela fera pile un an. Ce sera un gros soulagement, on pourra enfin mettre tout ça derrière nous », finit-elle.

Frédéric Monnaie

Cet article est réservé à nos abonnés. L’information de qualité et de proximité a un prix. En vous abonnant, vous défendez l’indépendance et le rôle indispensable de la presse. S’abonner, c’est nous soutenir.

Je m'abonne pour 3,30€/mois

Je suis déjà abonné, je m'identifie

*** ****** *** * *********** ** *** ** ** ******* ** ** **** ***** *** ******* ******** ** ***** ***** ** ***** ** ********** ******** ********* **** *** ******** *************** ** *** ********* ******** ** **** ** ****** *** ****** ***** *** ** *** **** ******* ***** ****** *** ***** ** ******** ******* ** ************* ****** ******** ** ******* ** ***** ******* ***** ********** ******* *** ******* ********* ***** *** ** ***** *************

***** *** ********* ** *** ******* *** **** ********* ** * * ** *** ** ************* **** ********** ** *** ** ********** ** * ******** ** ****** ** ****** ** ********** ******** ******** ********* ******* *********** ** ******** ***** **** ********* ** ** ******* ****** ** ********* ****** **** ** ** ****

********** ***** ***************

********** ***** ****** ** ******** **** **** **** ** ************ ** ** ********* ** ********************* **** ******* ******* ********** ***** ********* ******* ** ******** *********** ** ** **** ****** **** ****** *** ******** *** ********* ********** ****** ******* ** ** ****** **** ** ****** ****** ***********

********* *** ************* ****** ***** ** ********** *** ******* ********** ************* ***** *** ** ***** ****** ** ************

** *** ************ ** ******* * ******** ** ************ ******** ********* **** *** ****** *** ******** ** **** ********** *** ***** **** ** **** ** ******* **** ** ** * ***** ** ********** ** ** ********* **** ***** ******* ** ** ***** ** *** ** * *************** ******** *******

************ ******* ******* *** ****** *********** ******* ** ********** ** ******* ** ******* ***** **** ** ********* *** ************* ** **** ** ** ************ ** ** ******** ***** ******** **** *** ****** *** ********* ****** ****** ********* ****** ** ** ******* ******* **** ****** ******* ******* ** ***** ** **** ****** ** ******* ********* **** ** *** ** ** ***** *** ******* ** *************** **** ***************

******** **** ** ******* ****** ****** ** ********* ******* *** ** ***** **** ******* ******* **** ** **** ******* *** **** **** ********** ******* ** *** ******* ** ****** ***** ** ******* *** *** ************ *************** ** *** ** ***** **** *** ****** ** **** ******* ****************** ******** ********** *********** **** *** **** ******* *** **** *** ****** ** ******** ** ****** ** ** *** ** ****** **** ********* ***** ******** ***** *** **** **** **** ** *** ** **** ** **** ************ ** ****** ***** ****** **** *** ********* ************* ***********

********** *******

Offre exclusive ! Accès illimité à partir de 3,30€/mois

aux articles Sudinfo, LaMeuse, LaNouvelleGazette, LaProvince, NordEclair et LaCapitale

J'en profite Je suis déjà abonné, je m'identifie
Sudinfo

Aussi en

Voir plus d'articles