En ce momentNouveau SudinfoCharleroi - StandardCrise énergétique Accueil

C’était une soirée d’été comme tout le monde les aime, chaude jusque tard dans la nuit. Caroline, 53 ans et Gerpinnoise pure souche partageait une table à la taverne « En face » avec son ami Thierry, 58 ans, originaire de Gilly mais grand habitué du village. Ils n’auraient jamais imaginé vivre ce qu’ils ont vécu cette nuit-là, en pleine place des Combattants.

« Nous n’étions plus que deux sur la terrasse, mais il y avait encore pas mal de monde à l’intérieur. Tout a été très vite, on a d’abord entendu un énorme fracas, avant de voir deux phares blancs foncer sur nous. La seconde d’après, un véhicule s’encastrait dans la façade de la taverne, à moins de 30 centimètres de nous », explique Caroline.

Selon les dires des deux amis, la voiture roulait à une vitesse fulgurante… sur une place très fréquentée par les piétons. « Sans exagération, il roulait à une vitesse folle. Il a d’abord pris un dos-d’âne à pleine vitesse, ce qui a fait exploser son carter dans une gerbe d’étincelles, avant de prendre une bordure et de finir sa course dans la façade. À aucun moment nous n’avons vu que l’automobiliste freinait. »

Un jeune homme alcoolisé

Après l’impact et l’état de choc général, sont venus les cris et la rage. Car l’automobiliste, encore conscient, a tenté de s’enfuir. « Sur les photos, on voit que la voiture n’est pas contre le mur, c’est parce qu’il a tenté de fuir. Les gens ont accouru pour l’en empêcher. Ils l’ont sorti du véhicule et ont commencé à le secouer de rage. C’était un jeune garçon, il répétait sans cesse qu’il était désolé et qu’il avait bu », ajoute Caroline.

Thierry a également fait en sorte qu’il ne puisse pas prendre la fuite. « Lorsqu’il est sorti, tout le monde le fouillait pour trouver les clés de la voiture. Mais c’était un modèle récent, qui fonctionnait à l’aide d’une carte. Je l’ai retrouvée et l’ai gardée sur moi. »

Caroline et Thierry sont catégoriques : ils sont clairement passés à côté d’un deuxième Strépy-Bracquegnies. « Une demi-heure avant la collision, la place était encore très fréquentée. Je n’ose pas imaginer ce qui aurait pu se passer s’il était passé à ce moment-là. Je suis maman de quatre enfants, certains d’entre eux connaissent ce garçon. Comment aurait-il trouvé le courage d’aller les voir en leur disant qu’il avait tué leur propre mère ? Je ne sais même pas par quel miracle nous sommes encore en vie », explique Caroline.

Même constat pour Thierry, lui aussi papa, même grand-père. « J’ai littéralement senti le pare-chocs exploser contre ma jambe. Ce ne sont que des égratignures, je ne sais pas qui je dois remercier pour ça. Mais comment aurait-il pu trouver le courage d’aller annoncer à mes enfants et mes petits-enfants que leur grand-père a été tué par un chauffard ivre ? »

Des séquelles psychologiques

Heureusement indemnes physiquement, on ne peut pas en dire autant sur le plan mental… « Thierry et moi ne dormons plus la nuit. Le moindre crissement de pneus nous fait tressaillir. Nous avons essayé de retourner en terrasse, mais les frissons et les images sont encore trop présents. Je dois suivre une thérapie depuis, ce sont des traumatismes qui ne partiront pas de sitôt. »

Les deux amis veulent à tout prix que le jeune homme, qui est actuellement privé de liberté, prenne conscience de ses actes. « C’est notre seule motivation. Il doit prendre conscience, assumer, mais aussi et surtout, payer pour ce qu’il a fait. »

Cet article est réservé à nos abonnés. L’information de qualité et de proximité a un prix. En vous abonnant, vous défendez l’indépendance et le rôle indispensable de la presse. S’abonner, c’est nous soutenir.

Je m'abonne pour 3,30€/mois

Je suis déjà abonné, je m'identifie

********** *** ******* ********* ***** **** ** ***** *** ***** ****** ****** **** **** ** ***** ********* ** *** ** *********** **** ****** ********** *** ***** ** ** ******* ********** ************ **** *** *** ******** ** **** ********** ** ***** **** ***** ******** ** ******** *** ************ ****** ******** ***** ** ******** *** ***** ***** ********* ** ****** ***** *** ************

************ *********** **** *** **** *** ** ********* **** ** * ***** ****** *** *** ** ***** ** *************** **** * ***** ***** ***** ** * ********* ******* ** ******* ******* ***** ** **** **** ****** ****** ****** *** ***** ** ******* *********** ** ********* ************** **** ** ******* ** ** ******** ** ***** ** ** ************ ** ************* ******** *********

***** *** ***** *** **** ***** ** ******* ******* ** *** ******* ************* *** *** ***** ***** ************ *** *** ********* ************ ************* ** ******* ** *** ******* ****** ** * ********* **** ** ************ ** ****** ******** ** *** * **** ******** *** ****** **** *** ***** **************** ***** ** ******* *** ******* ** ** ***** ** ****** **** ** ******** ** ***** ****** **** ********* ** *** ***************** *****************

** ***** ***** **********

****** ********** ** ********* ** **** ********** **** ***** *** **** ** ** ***** *** ****************** ****** ********** * ****** ** *********** *********** *** ******* ** **** *** ** ******* ******* *** ****** ** **** ******* ***** ******* * ****** ** ***** *** **** *** ******* **** ****** ********** *** ******* ***** ** ********* ** *** ********* ** ** ******* ** ***** ********** ** ***** ******** ** ********** **** ***** ******* ****** ******** ** ******* ***** *********** ****** *********

******* * ********** **** ** ***** ******* ** ****** *** ******* ** ****** ******************* *** ****** **** ** ***** ** ********* **** ******* *** ***** ** ** ******** **** ********** ** ******* ******** *** ************ ** ******** ******* ****** ** ****** ********** ** ****** ******* *** ************

******** ** ******* **** ******************** *** **** ********** ******* ** ****** ****** ********* ********************* *********** ********** ***** ** ********** ** ***** ****** ****** ***** ************* ** ******* *** ******** ** *** ****** ** ** ****** ****** ****** ****** ** ** *********** ** **** ***** ** ****** ******** ******** ********* *** *********** ** ******** ******* ********* ******* ** ******* ********* *** **** ** **** ****** ******* ***** **** **** ****** ************ ** ** **** ***** *** *** **** ******* **** ****** ****** ** ************ ******** *********

***** ******* **** ******** *** ***** ***** ***** ************ ************** ************** ***** ** ********** ******** ****** ** ****** ** ** **** *** *** ************** ** ** **** *** *** ** **** ********* **** **** **** ******* ********* ** ******* ** ******* ********* ******** ** *** ******* ** *** ************** *** **** *********** * ***** **** *** ** ********* *******************

*** ********** **************

************ ******** ************* ** ** **** *** ** **** ****** *** ** **** ********* *************** ** *** ** ******* **** ** ***** ** ******* ********** ** ***** **** **** ************ **** ***** ******* ** ********* ** ********* **** *** ******** ** *** ****** **** ****** **** ********** ** **** ****** *** ********* ******* ** **** *** ************ *** ** ********* *** ** ***************

*** **** **** ******* ** **** **** *** ** ***** ****** *** *** ************ ****** ** ********* ****** ********** ** *** ****** *************** ***** ***** *********** ** **** ******* *********** ******** **** ***** ** ******** ***** **** ** ******* * *************

Offre exclusive ! Accès illimité à partir de 3,30€/mois

aux articles Sudinfo, LaMeuse, LaNouvelleGazette, LaProvince, NordEclair et LaCapitale

J'en profite Je suis déjà abonné, je m'identifie
Sudinfo

Aussi en

Voir plus d'articles