En ce momentNouveau SudinfoCharleroi - StandardCrise énergétique Accueil

Si vite envoyé, un mail peut rapidement avoir des conséquences que l’on n’aurait soupçonné. C’est le cas de l’affaire qui a mené devant le tribunal correctionnel d’Arlon, deux anciens neurologues.

Les faits reprochés remontent au 18 septembre 2020. Ce jour-là, en charge de l’organisation des gardes, le prévenu a envoyé un mail, assez maladroit, aux différents collègues de son service de neurologie avec pour objet  : « Etat des lieux logistiques ». Seulement voilà, dans son mail, le neurologue questionne les agissements de l’une de ses collègues qui se serait « pavannée à Paris alors qu’elle était sous certificat ».

« Ma cliente a été mise au pilori »

Pour mieux comprendre comment les choses en sont arrivées là, l’avocat de la neurologue, Me Zevenne, a tenu à réexpliquer dans quelle situation se trouvait sa cliente à cette époque. « Début 2020, ma cliente avait été mise en incapacité de travail pour un mois par sa psychiatre. Elle a assisté à Paris, sur conseil de sa pyschiatre, à une colloque de neurologues. Sa psychiatre lui avait dit que ça lui ferait du bien de ne pas décrocher totalement de son travail pendant ce mois. »

Quelques mois plus tard, en septembre, il est question d’organiser les gardes pour la fin de l’année. Pour ce faire, le prévenu a donc décidé d’envoyer un mail à l’ensemble du service. C’est là que les choses ont dérapé. « Ce mail contient des affirmations et des imputations fausses envers ma cliente disant qu’elle a fait usage de faux documents médicaux réalisé par un tiers. On l’a pointée du doigt. Ma cliente a été mise au pilori ! », a affirmé l’avocat de la partie civile.

Du côté de la défense, le discours est tout autre. « Je ne conteste pas le fait que mon client a été maladroit en envoyant ce mail. Par contre, il n’a jamais eu aucune intentention de nuire à Madame », a souligné l’avocate du prévenu, Me Charlier. « Ce mail a été envoyé sous la colère car Monsieur s’est rendu qu’il n’arriverait pas à planifier les gardes. »

Pas d’intention de nuire

C’est donc bien pour calomnie qu’est poursuivi le neurologue. Une prévention qu’a du mal à retenir le ministère public. « Monsieur reconnait avoir envoyé ce mail mais ne voulait pas nuire à Madame. Tout le monde était à cran. Ce mail est certes extrêmement malsain et désagréable mais la loi est la loi. Pour que la prévention de calomnie soit établie, il faut une intention méchante de nuire et une répétition, ce qui n’est pas le cas ici », a fait remarquer Yanick Rosart, représentant du ministère public.

Cet article est réservé à nos abonnés. L’information de qualité et de proximité a un prix. En vous abonnant, vous défendez l’indépendance et le rôle indispensable de la presse. S’abonner, c’est nous soutenir.

Je m'abonne pour 3,30€/mois

Je suis déjà abonné, je m'identifie

** **** ******** ** **** **** ********** ***** *** ************* *** ****** ********** ************ ******* ** *** ** *********** *** * ***** ****** ** ******** ************* ********** **** ******* ************

*** ***** ********** ********* ** ** ********* ***** ** ********* ** ****** ** **************** *** ******* ** ******** * ******* ** ***** ***** ********** *** *********** ********** ** *** ******* ** ********** **** **** ***** ******* ************ *** ***** ******************** ********* ******* **** *** ***** ** ********** ********** *** *********** ** ******* ** *** ********** *** ** ****** ***************** ** ***** ***** ********* ****** **** *******************

********** ******* * ***** **** ** **************

**** ***** ********** ******* *** ****** ** **** ********* **** ********** ** ** *********** ** ******** * **** ** ************ **** ****** ********* ** ******** ** ******* ** ***** ******** ************** ***** ** ******* ***** ***** **** ** *********** ** ******* **** ** **** *** ** *********** **** * ******** ** ****** *** ******* ** ** *********** ** *** ******** ** ************ ** ********** *** ***** *** *** *** *** ****** ** **** ** ** *** ********** ********** ** *** ******* ******* ** *************

******** **** **** ***** ** ********** ** *** ******** ************* *** ****** **** ** *** ** *********** **** ** ****** ** ******** * **** ******** *********** ** **** ** ************ ** ******** ******* *** *** *** ****** *** ********* ********** **** ******** *** ************ ** *** *********** ******* ****** ** ******* ****** ********* * **** ***** ** **** ********* ********* ********* *** ** ****** ** ***** ******** ** ****** ** ******* * ***** **** ** ********************** * ******** ********** ** ** ****** *******

** ****** ** ** ********* ** ******** *** **** ****** ********** ** ******** *** ** **** *** *** ****** * ***** ********* ** ******** ** ***** *** ******* ** ***** ****** ** ****** ************ ** ***** ** *************** * ********* *********** ** ********* ** ********* ********** **** * ***** ******* **** ** ******* *** ******** ******* ***** ******* ************** *** ** ********* *** ***************

*** ************* ** *****

******* **** **** **** ******** ******** ********* ** *********** *** *********** ****** ** *** ** ******* ** ********** ******* **************** ********* ***** ******* ** **** **** ** ******* *** ***** ** ******* **** ** ***** ****** ** ***** ** **** *** ****** ************ ******* ** ************* **** ** *** *** ** **** **** *** ** *********** ** ******** **** ********* ** **** *** ********* ********* ** ***** ** *** ************* ** *** ******* *** ** *** ************ * **** ********* ****** ******* ************* ** ********** *******

Offre exclusive ! Accès illimité à partir de 3,30€/mois

aux articles Sudinfo, LaMeuse, LaNouvelleGazette, LaProvince, NordEclair et LaCapitale

J'en profite Je suis déjà abonné, je m'identifie
Sudinfo

Aussi en

Voir plus d'articles